Pic de production non-OPEP et non FSU

Publié le par makhnovitch

Après le premier article publié précédemment pour présenter l'étude sur le rapport mensuel d'avril 2007 de l'EIA ( Energy Information Administration) issu de l'administration etats-unienne, nous allons entrer dans le sujet en commençant par le pic de décembre 2003.

Pic de production Décembre 2003

Introduction : relation avec le pic de production OCDE

Le pic de production non-OPEP et non-FSU de décembre 2003 fait suite au pic de production de l'OCDE de 2001. Vous pouvez consulter l'article suivant "le processus de déplétion". pour voir les travaux que j'ai déjà effectué à ce propos. Dans "le processus de déplétion", j'ai aussi d'ailleurs déjà documenté le pic de production non-OPEP et non-FSU à partir des données de l'AIE (Agence International de l'Energie).

Ici, nous allons confirmer ce pic, vieux maintenant de plus de trois ans, à partir des données de l'EIA (Energy Information Administration).

D'abord, nous allons revenir rapidement sur le découpage mondial entre les acteurs du marché pétrolier. Nous résonnerons ici en production de pétrole brut plus condensats mais hors NGL et Non-Conventionnel.

Nous avons d'abord les pays de l'OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Economique, qui représente les pays industrialisés, principaux consommateurs de pétrole, représentant les 2/3 de la consommation mondiale. Les pays de l'OCDE produisent environ 15,7mb/j actuellement, 21% de la production brut mondiale. La production des 30 pays de l'OCDE a piqué en 2001 et a décliné depuis.

Ensuite, la seconde catégorie est l'OPEP, Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. L'OPEP produit environ 31,4 mb/j et donc 42% de la production mondiale. L'OPEP semble avoir piqué en septembre 2005. Nous y reviendrons dans les articles suivants.

La troisième catégorie représentent les autres grands exportateurs de pétrole, les anciennes républiques de l'URSS dont trois principaux pays : la Russie, le Kazakhstan et l'Azerbaijan. Nous appellerons cette catégorie la FSU ( Former Soviet Union). Ces trois pays ont presque doublé leur production  depuis 1999. Ils représentent l'autre groupe des grands exportateurs de pétrole. Ils produisent maintenant un peu plus de 12 mb/j, ce qui représente 14% de la production mondiale.

La quatrième catégorie concerne le reste du monde. Dans le reste du monde, seuls trois pays produisaient plus de 1 mb/j mais l'un de ces trois, l'Angola, est maintenant entré au sein de l'OPEP depuis janvier 2007. Il reste donc la Chine, cinquième producteur mondiale et le Brésil. Le reste du monde produit aujourd'hui environ 15 mb/j.

La production de NGL et de pétrole non-conventionnel equivaut selon les normes de L'EIA à environ 11 mb/j. Nous appelerons la production de pétrole brut, la production de pétorls sans comptabiliser le gaz naturel liquide (NGL) et le pétrole non-conventionnel tel que l'éthanol par exemple. Le pétrole tout liquide comprend toutes les formes de pétrole brut, NGL et non-conventionnel.

Pour  expliquer le fait que le pic non-OPEP-non-FSU de décembre 2003 fait suite à celui de l'OCDE décembre 2001, il faut d'abord dire l'ensemble géographique non-OPEP et non-FSU est selon les catégories que nous avons déterminé plus haut la réunion des pays de l'OCDE et du reste du monde.
Le déclin de "l'OCDE" a donc mis deux ans pour devenir supérieur à la croissance du "reste du monde" et donc provoqué le pic de production de ces deux ensembles cumulées.

Courbe de la production catégorie OCDE + reste du monde ou non-OPEP et non-FSU

Nous allons regarder la production de pétrole brut par les deux ensembles de l'OCDE et du reste du monde, c'est à dire donc la production de pétrole brut non-OPEP et non-FSU.

WO-OPEC-FSU.gif

Vous pouvez constater que le graphique précédent montre un pic de production de pétrole brut non-OPEP et non-FSU très net en décembre 2003 à 32,035 mb/j. En janvier 2007, la production est de 30,490 mb/j.  cela fait une baisse de 1,54 mb/j en l'espace de 37 mois. Le taux de déclin annuel est donc de 1,56% par an entre décembre 2003 et  janvier 2007. Ce pic pétrolier est maintenant établi par le fait que celui-ci a eu lieu il y a 37 mois.

La production de l'OCDE

De plus, la production de l'OCDE va continuer à décliner même si les derniers mois ont montré un plateau. Voici un graphique de la production des sept principaux producteurs de l'OCDE.

7OCDE.gif

Pour donner du poids à ce graphique, je montre aussi le graphique de l'Agence International de l'Energie de la production totale de pétrole tout liquide, cette fois ci,  de l'OCDE des 10 dernières années depuis février 1997 et février 2007.

ocdeAIE.gif

Vous pouvez voir un pic fin 1997 puis un nouveau pic en décembre 2001. Ce nouveau pic signale le début du déclin de la production de l'OCDE. Celle-ci se trouve sur un plateau autour de 20 mb/j depuis le début de l'année 2006 mais cet état de fait est transitoire et le déclin va reprendre dans les prochains mois.

La production du Reste du Monde
 
La production du reste du monde se trouve sur un plateau depuis un pic en juin 2005 qu'elle n'a toujours pas dépassé.

non-OPEP-OCDE-FSU.gif


Que se passe-t-il en décembre 2003?

Nous allons maintenant essayer de voir ce qu'il s'est passé en 2003-2004 et donc resserrer l'étude sur cette période.

commençons par les 7 pays de l'OCDE :

7OCDE03.gif


  Vous pouvez voir que décembre 2003 représente un point d'inflexion sur la production de ces 7 pays à partir duquel un fort déclin s'engage durant toute l'année 2004.

Ainsi, la production de pétrole brut des 7 pays de l'OCDE aura chuté de 1,44 mb/j entre décembre 2003 et décembre 2004. En pourcentage, cela représente 8,1%/an!

En 2003, la courbe montre que la production se trouvait autour 17,7 mb/j en janvier puis a décliné jusqu'à 17mb/j en juin pour remonter progressivement jusqu'en décembre 2003 à 17,75 mb/j.

Que s'est -il passé au sein de ces 7 pays pendant cette période.

Le pays qui a eu le plus d'influence est le Mexique. Décembre 2003 représente le pic de production de pétrole brut du Mexique.
Mais décembre 2003 représente aussi un point d'inflexion dans le déclin de la production en Norvège avec son accélération.
Au canada, Il y a un pic en décembre 2003 qui sera suivi par un déclin tout au long de l'année 2004 et 2005 puis la production va reprendre une forte croissance à la fin de l'année 2005 et 2006.
En Grande-Bretagne, la production connait un petit pic en décembre 2003.

Aux USA, il n'y a pas de trace de point d'inflexion et au Danemark, la production se trouve en pleine croissance en décembre juste avant d'atteindre son pic au milieu de l'année 2004.

Mais le grand changement de  décembre 2003 est le pic de production du Mexique.

mexique3.gif

Maintenant, retournons à la courbe de production du "reste du monde":

restedumonde.gif


Dans ce graphique, on peut voir que la croissance de la courbe passe de 8,1%/an entre mai et décembre 2003 à 2,7%/an entre janvier 2004 et avril 2005. Décembre 2003 représente en fait un point d'inflexion de la croissance de la production du reste du monde.

Vous pouvez voir aussi que la production est passée d'un plateau entre janvier 2001 et mai 2003 autour de 13,4 et 13,6 mb/j à une période de croissance entre mai 2003 et juin 2005 puis de nouveau à une situation de plateau depuis juin 2005 entre 14,6 et 14,8 mb/j.

Pendant la période de croissance, il y a deux périodes : la première va de mai 2003 à décembre 2003 avec une croissance de 8,1%/an puis après une baisse de production entre décembre 2003 et janvier 2004, la production reprend sa croissance mais à un ryhtme plus de trois fois moins élevé à 2,7%/an jusqu'en avril 2005.

Ainsi, en décembre 2003, la croissance de la production du reste du monde ralenti de 8 à 2,7%/an et le déclin de la production de l'OCDE s'accélére pour atteindre 8%/an sur l'année 2004. Ce sont les deux raisons qui ont provoqué le pic de production en décembre 2003. Nous entrerons dans le détail de ces deux catégories dans les articles prochains pour comprendre  quels pays sont impliqués dans ces changements.

Entre l'année 2001 et 2006, les 7 pays de l'OCDE seront passés environ de 17,5 à 15,5 mb/j tandis que le reste du monde sera passé environ de 13,5 à 14,7 mb/j. Ainsi, la production "OCDE+reste du monde" a chuté d'environ 1 mb/j en moyenne entre la période 2001-2003 et la période 2005-2006.

Nous sommes revenus en 2006 à une période de plateau de la production "OCDE + reste du monde". Il est malheureusement à craindre que le reste du monde va enclencher son déclin prochainement et que l'OCDE va le reprendre.

A ce moment là, nous assisterons à de nouveaux points d'inflexion dans la production OCDE+reste du monde où leur production cumulée déclinera à des taux bien supérieurs à ce que nous avons vu depuis 2003.

Nous allons regarder d'un peu plus près ces deux catégories dans les articles prochains.

Makhnovitch.

Publié dans Etude EIA avril 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article