OCDE (étude EIA avril 2007)

Publié le par makhnovitch

Nous revenons à l'étude que j'effectue sur les données du rapport d'avril 2007 de l'EIA pour montrer les différents pré-pic et ce que je pense être le pic mondial tout liquide.

Nous avons étudié le pic de décembre 2003 puis la catégorie du reste du monde. Nous allons regarder les pays de l'OCDE et notamment les 7 principaux producteurs de l'OCDE qui représentent 97% de la production de l'OCDE.

Vous pouvez revoir les graphiques suivants dans les galeries photos ci contre.

J'ai déjà étudié les pays de l'OCDE sur terredebrut.org et sur resornoir.org.

Notamment, vous pouvez consulter l'article sur "le processus de déplétion" que j'avais publié le 11 juin 2006 qui est une ébauche de l'étude que je fais aujourd'hui. J'utilisais dans cet article les données de l'AIE.

Pour le Mexique, vous pouvez déjà consulter "le déclin de cantarell a déjà commencé" publié en août 2006 et cet autre article "Etude du Mexique" que j'ai publié le 12 septembre 2006.

Pour les USA, vous pouvez consulter "Etude des USA" publié le 13 septembre 2006 sur les données de l'AIE.

Pour la Norvège, vous pouvez consulter "Etude de la Norvège" publié aussi le 13 septembre 2006.

Pour la Grande Bretagne, vous pouvez consulter "Etude de la grande Bretagne" publié encore le 13 septembre toujours à partir des données de l'AIE.

Ensuite, j'ai publié aussi en novembre 2006 une longue étude sur l'évolution que j'entrevois sur la production des pays de l'OCDE sur mon autre site resornoir.org. à l'horizon 2020. Vous pouvez directement télécharger "la chute du premier monde" en pdf.

Cependant, je compléterais ces études successives dans l'article qui suit par les graphiques issus des données de l'EIA avec des graphiques remontant à janvier 2001 et d'autres remontant à 1970. Cela permettra de prendre une certaine distance historique.

Production
cumulée des 7 pays

Commençons par le graphique de la production cumulée de ces 7 pays.
les 7 pays sont : les USA, le Canada, le Mexique, la Grande-Bretagne, la Norvège, le Danemark, L'Australie.

Voici leur production cumulée depuis 2001 :

7OCDE.gif

Nous pouvons voir le déclin de la production cumulée de ces 7 pays depuis décembre 2001. La production se trouve sur un plateau depuis le début de l'année 2006.

Nous allons voir que 2001 n'est en fait pas le pic de production mais c'est 1997.

Pour cela, remontons dans le temps et regardons ce qu'il se passe depuis 1970.



On peut voir donc que le pic de production de l'OCDE se trouve
en 1997.On peut noter la forte progression de la production entre 1976 et 1985. Par contre, on peut constater l'accélération du déclin entre 2001 et 2005.

Maintenant, nous allons voir la production de chacun d'entre eux.

Production des USA

Les USA sont le premier producteur de cet ensemble. Il est maintenant le troisième producteur mondiale derrière l'Arabie Saoudite et la Russie. Les USA ont atteint leur pic en 1970 et ont décliné depuis.

Voici la courbe depuis 1970 pour les USA :
 USA70.gif

C'est en 1970 que la production a atteint un pic aux USA. Celle-ci s'est redressée en 1976 suite à la mise en production des champs en Alaska. C'est en 1985 que le déclin général reprend aux USA. C'est en 1989 que la production en Alaska atteint son pic de production. A partir de 1985, la production va décliner assez fortement. Ensuite, le déclin sera ralenti par la mise en production dans le Golfe du Mexique vers la fin des années 1990. Aujourd'hui, la production se trouve juste au dessus de 5 mb/j. Il est possible que le déclin s'accélére dans les années qui viennent par le fait que le Golfe du Mexique se trouve maintenant à maturité et que le déclin général n'est pas soutenable à ce rythme quand il ne reste plus que 20 milliards de barils de réserves sur l'ensemble du territoire des USA. Ceci est expliqué dans mon papier technique "le piège" ( téléchargement en pdf) que j'ai publié sur resornoir.org.

Regardons maintenant les dernières années depuis 2001.

USA.gif

Dans ce graphique, on peut voir les dégats occasionnés par les ouragans en 2002, 2004 et surtout 2005. Ainsi, la production s'est remise doucement durant toute l'année 2006. Ainsi, la production se trouvait encore en croissance en janvier 2007. Il semble cependant que le déclin naturel ait repris en février-mars 2007. En effet, les rapports hebdomadaires sur les stocks des USA donnent aussi les niveaux de production. Celui de la semaine dernière, fin avril 2007, se situait juste au dessus de 5 mb/j.

Ainsi, le maximum a été atteint en janvier-février 2007 suite aux ouragans de 2005. Nous verrons quand nous ferons l'étude sur décembre 2005 que l'événement des ouragans ont reculé le pic mondial de quelques mois...

Production du Mexique

Ensuite, nous passons au deuxième producteur de cet ensemble : le Mexique. J'ai déjà abordé ce pays l'année dernière quand on s'est rendu compte que Cantarell, le second plus grand gisement au monde, était en train d'entrer en déclin à un rythme de 15%. Ce déclin s'est maintenant confirmé et les agences internationales n'hésitent plus à parler de déclin à 15% pour Cantarell en 2007.

Voici son graphique depuis 2001 :

mexique.gif

Le pic de production de pétrole brut du Mexique intervient en décembre 2003, date du pic de production non-OPEP et non-FSU. Vous pouvez constater l'accélération du déclin en 2006 qui est assez impressionnant. Ainsi, le niveau de production actuel est celui de 2001.

Remontons dans le temps pour voir ce qu'il se passe avant 2001.

mexique70.gif

On peut voir que le pic de production se trouve en 2004. Le Mexique se trouvait sur un plateau de production entre 1982 et 1995. C'est à cette date que la Pemex, l'entreprise publique mexicaine, a commencé à utiliser des techniques de récupération pour accélérer le rendement de Cantarell et pour accroitre la production. Je crois qu'ils ont utilisé de l'injection d'eau entre 1995 et 2000 puis ils sont passés à l'injection de nitrogène en 2000 permettant d'atteindre une production de 2,2 mb/j en 2004 pour le gisement de Cantarell au moment du pic.

Cantarell illustre bien la catastrophe que provoque les techniques avancés de récupération du pétrole. Celles-ci permettent en effet d'accroitre la production pendant un temps mais cela se fait au dépend du taux de déclin qui suit le pic de production. Le taux de déclin devient alors très important allant dans ce cas présent jusqu'à 15%/an. Sur un gisement qui a atteint 2,2 mb/j au pic, c'est une véritable catastrophe pour la production mondiale mais aussi pour le Mexique qui va voir ses revenus issus de ses exportations de pétrole vers les USA se réduire au fur et à mesure du déclin. C'est aussi une catastrophe pour les USA qui voit un de leurs principaux importateurs de pétrole, voisin de surcroit, réduire ses capacités d'exportations. Les USA doivent désormais remplacer le pétrole manquant de Cantarell par d'autres exportateurs. Ainsi, les prévisions donnent Cantarell à 1 mb/j en 2008. Ainsi, sa production serait divisé par deux en l'espace de 4 ans! Pemex utilise le nitrogène sur un autre gisement plus petit, KMZ, et veut doubler sa production d'ici à 2010 pour atteindre 0,8 mb/j. Celui-ci va ralentir le déclin général du Mexique mais ce sera encore une fois au dépend du taux de déclin qui se produira au sein de KMZ dans la prochaine décennie. Les responsables de Pemex n'ont apparemment compris la leçon...

Production du Canada


le Canada est le seul pays parmi ce groupe de pays de l'OCDE à ne pas avoir dépasser son pic de production. Cependant, il faut savoir à quoi correspond cette production.
En effet, une partie de la production de pétrole brut est conventionnel et une autre partie est produite à partir des sables bitumeux d'Alberta. A partir de ce sable mélangé à du bitume, on peut en tirer du bitume et du pétrole synthétique. La production à partir des sables bitumeux a fortement augmenté ces dernières années mais le problème est qu'il faut utiliser beaucoup d'eau et de gaz naturel pour produire du pétrole à partir de ces sables. Il est vrai que l'on peut produire potentiellement du pétrole en grande quantité et pendant longtemps en Alberta à partir des sables bitumeux. Mais cette capacité n'est que potentielle car les sables bitumeux ont un effet devastateur sur l'environnement, sur l'eau.
Ils requierent une consommation d'eau invraisemblable et surtout une grande quantité de gaz naturel poussant certains à dire que les sables bitumeux ne font que transformer du gaz naturel en pétrole. La production de gaz naturel en Alberta et au Canada se trouve sur un plateau depuis 2002 grâce au développement de la production de ga naturel non-conventionnel notamment dans les mines de charbon. Le taux de déplétion en gaz naturel se trouve à 10% et donc augure sûrement d'un fort déclin de la production de gaz au Canada. Vous pouvez étudier cela plus en détail dans mon papier "La chute du premier monde" sur resornoir.org. Actuellement, la production de pétrole par les sables bitumeux arrivent à environ 1,3 mb/j et pourrait monter à 2-3 mb/j dans les prochaines années. Mais je pense que la production non-conventionnel sera limitée par les capacités maintenant limités du Canada en gaz naturel d'ici 2010-2015.

canada70.gif


La production de pétrole conventionnel chute en Alberta mais monte dans d'autres régions avec de nouveaux gisements. Aussi, celle ci est actuellement de l'ordre de 1,3 mb/j. Il ne faut atrop attendre du pétorle conventionnel canadien car il ne reste plus que 6 Gb de réserves alors qu'ils en ont consommé 20 Gb. Aussi, l'avenir du conventionnel est plutôt à la baisse dans les années qui viennent.

Regardons la production depuis 2001 :

canada1.gif

On peut noter que la production s'est trouvée sur le déclin en 2004. Peut-on y voir une connection avec l'évolution des prix qui ont vraiment commencé à monter courant 2004.
En effet, la production de pétrole à partir de sables bitumeux coutent plus cher que la production conventionnel. Certains parlent d'un coût de production du baril à 30$, d'autres 50$.
En tout cas, la hausse des prix du baril a facilité le développement des projets de production à partir des sables bitumeux.

La production de la Norvège

La Norvège a atteint son pic en 2001, et c'est ce pays qui va faire pencher la balance de l'OCDE vers son déclin final. C'est toujours le premier producteur européen devant le Royaume Uni.

Voyons sa production depuis 1970 :

norvege70.gif

Vous pouvez constater que la production a commencé en 1971 et a vraiment décollé en 1974 après les découvertes vers la fin des années 60. La production n'a cessé de progresser jusqu'en 1996, date à laquelle le plateau de production a commencé jusqu'au pic de 2001. A partir de là, le déclin final commence doucement jusqu'en 2004 puis s'accélére dangeureusement en 2005 et 2006 malgré le fait qu'une zone de production soit toujours en croissance. Mais d'autres zones déclinent à plus de 20%/an actuellement. Le déclin de la Norvège ne devrait pas réellement s'arranger dans les années qui viennent. Il est juste possible qu'il soit un peu moins violent cette année.

Regardons sur les 5 dernières années :

norvege.gif

On voit mieux le déclin des dernières années. la production est donc passé de 3,3 mb/j en 2001 à 2,5 mb/j en 2006. C'est une chute assez considérable.

La production du Royaume Uni

Le Royaume Uni représente l'un des meilleurs exemples de déclin de la production d'un grand producteur. De plus, je pense que c'est le pic de ce pays, en 1999, qui aurait dû provoquer un grand mouvement mondial pour changer le cours de l'économie mondiale mais nous avons eu le 11 septembre à la place.

Regardons sa courbe de production depuis 1970 :

UK70.gif



On peut constater que la production a connu une croissance vertigineuse entre 1975 et 1985, date à laquelle il y eu un accident sur une plate forme obligeant à une révision des conditions de production. Aussi, la production reprendra sa croissance en 1994 jusqu'en 1999, date du pic de production. Le déclin sera tout de suite très important dès l'année suivante. Après un plateau en 2001 et 2002, le déclin reprend à une vitesse de 10%/an en 2003, 2004, 2005 et 2006. En 2007, le déclin devrait ralentir fortement du fait de la mise en production d'un nouveau gisement. Mais ce ralentissement sera de courte durée. Le Royaume Uni ne produira quasiment plus de pétrole en 2020.

Regardons la production ces 5 dernières années :

UK.gif

On voit mieux ici la reprise de déclin à la fin de l'année 2002.

La production du Danemark

Le Danemark est un producteur moindre que les pays précédents. Son pic s'est produit plus récemment en 2004.

Voyons donc sa production depuis 1970 :

danemark70.gif

Sa courbe de production est assez proche de celle de la Norvège avec un décalage de quelques années. Ainsi, sa production a vraiment décollé en 1981 pour atteindre un plateau montant en 2000. C'est en 2004 que le pic est atteint suivi par un déclin en accélération rapide en 2005 et 2006.

Voyons la courbe depuis 2001 :

danemark.png

On voit ici que le déclin s'est produit pendant l'été 2004. Le déclin est en fait assez régulier par la suite.

La production de l'Australie

L'Australie est le seul producteur significatif de l'OCDE dans le pacifique. L'Australie a subi son pic de production en 2000 après un long plateau de production de 15 ans aux environs de 550 kb/j. Le déclin fut très important entre 2000 et 2004. La production est 722 kb/j en 2000 à moins de 450 kb/j en 2004. Cependant, le déclin a été stoppé en 2005 et 2006 et il semble que la production sera supérieure en 2007.

australie70.gif


Dans le graphique suivant, on peut voir la reprise de la production en juillet 2006 qui se poursuit actuellement.


australie.gif


Conclusion

Sur ces 7 producteurs clés du marché mondial du pétrole, 6 ont dépassé leur pic de pétrole brut. Le premier a dépassé son pic en 1970 mais les 5 autres l'ont dépassé entre 1999 et 2004 :
Royaume Uni : 1999
Australie : 2000
Norvège : 2001
Mexique : 2004
Danemark : 2004

Aussi, la situation de la production des pays de l'OCDE représentée à 97% par ces 7 pays en termes de pétrole brut a considérablement changé en l'espace de 5 années.

Nous assistons actuellement à une pause du déclin général de la production de pétrole brut l'OCDE après les chutes enregistrées en 2004 et debut 2006. Mais il ne faut pas croire que cette pause va se poursuivre longtemps.

Ainsi, d'après les projections que j'ai tenté d'établir sur les niveaux de productions que nous pourrions observer à l'horizon 2020 au sein de l'OCDE, dans mon papier "la chute du premier monde", je prévois une division par trois entre 2006 et 2020. Le déclin va en fait s'accélérer surtout à partir de 2010.

Le déclin général enregistré dans ces 5 pays de l'OCDE depuis le début des années 2000 est sûrement l'événement géopolitique le plus important de cette période mais cela a été complétement occulté et personne n'en fait mention.

Je suis persuadé que cet événement n'est pas étranger à la "guerre contre le terrorisme" déclenchée par les attentats du 11 septembre 2001 qui, curieusement, survient l'année même où le déclin de l'OCDE commence. L'attaque de l'Irak
en 2003 et la politique états-unienne clairement affichée de domination mondiale est concommitante du pic de production OCDE+reste du monde et du déclin fort de l'OCDE.

Il est certain que les pays occidentaux se retrouvent de plus en plus menacés et affaiblis par leur dépendance de plus en plus forte vis à vis des exportateurs de l'OPEP et de l'ex-URSS.

L'OCDE est donc le moteur principale du changement dans la dynamique de la production pétrolière mondiale ces dernières années mais aussi du marché mondial et de la géopolitique mondiale.

Makhnovitch.

Publié dans Etude EIA avril 2007

Commenter cet article