Que faire?

Publié le par makhnovitch

Nous venons donc d'assister à l'élection de Mr Nicolas Sarkozy à la présidence.

C'est fait. Il obtiendra la majorité à l'assemblée dans moins d'un mois et aura donc les mains libres et tous les pouvoirs pour appliquer sa politique national-libérale. Les conséquences de ses actes ne se feront pas attendre longtemps car il veut faire vite et tout en même temps. C'est un homme pressé. La terrible perspective des 5 années à venir a de quoi faire blémir. c'est vrai.

Le petit chef va devoir faire face aux conséquences du pic pétrolier et de l'effondrement du système financier global et je ne suis pas sûr qu'il soit l'homme de la situation pour le bien du peuple.

Cependant, la question du "que faire, comment résister" se pose avec insistance. Manifester, s'organiser, détruire, hurler, bruler?

Premièrement, la question du pic est l'élément qui va devenir prioritaire dans les mois qui viennent.

Les américains se demandent si ils ne vont subir de réelles pénuries d'essence cet été et ce ne sera qu'un début. Les vrais problèmes causés par le pic sont en train d'arriver. Ils seront là avant la fin de l'année. Les prix des produits pétroliers ne peuvent être prédit. C'est l'inconnu.

La demande a dépassé l'offre en octobre 2006 et le trimestre actuel est normalement le dernier où demande et offre s'accorde à peu près avant que la demande dépasse définitivement le plateau de production actuel. Aussi, les stocks devraient continuer à baisser dès le trimestre prochain.

Les institutions mondialistes, banque mondiale et FMI, sont en pleine déconfiture, par faute de client. Leurs budgets se réduisent comme peau de chagrin faute de trouver des emprunteurs. Les USA serait déjà en récession techniquement si l'on calcule leur PNB dans d'autres monnaies que la leur et ils devraient s'enfoncer dans une dépression dans les mois qui viennent. Aussi, le système financier international issu de la seconde guerre est en train de s'effondrer....

Mr Sarkozy arrive-t-il à point nommé pour remettre de l'ordre dans tout çà? Oui, il arrive comme un homme fort, quelqu'un qui peut prendre des décisions fortes et il le fera. Il est capable de tout. "Tout est possible" avec lui.
En effet, les buts de sa politique à venir est bien de mettre à bas définitivement le système social-démocrate et de tout privatiser, de tout placer dans le système concurrentiel et donc de tout livrer à ses amis les grands capitalistes.
Cela on l'a compris.

Dans un contexte de récession économique, voir de dépression, l'Etat doit avant tout se préoccuper de ses prérogatives régaliennes, faire régner l'ordre sur un peuple fortement appauvri et mettre tous les moyens de production dans les mains des capitalistes pour que ceux-ci conservent le pouvoir er les richesses.

Les grands capitalistes, Lagardère, Dassault, et autres ont donc organisé soigneusement leur prise de pouvoir et liquident la sociale-démocratie au moment même où de graves problèmes vont arriver. Le ministère du développement durable de Mr Juppé, (invraissemblable???) signale d'ailleurs qu'ils vont se préparer soigneusement par l'ampleur de ce ministère. Si ils croient que le nucléaire va résoudre tout nos problèmes...



Le problème de la résistance se pose. Comment résister sans se faire décapiter?

La résistance, à ce stade, à mon sens ne se pose en terme "militaires" car c'est l'assurance pour la résistance de la destruction. Le rapport de force est trop disproportionné. 

La véritable question est de retrouver la boussole. Nous devons avant tout reconstruire une pensée qui nous unit, une manière de voir le monde, de l'organisation humaine et de ses rapports avec le reste de l'ecosystème qui soit réellement autre et qui se construit sur des bases solides. Cette reconstruction théorique ne doit pas déboucher sur un nouveau dogmatisme mais sur un la construction d'un véritable projet de nouveau monde, de nouvelle société humaine ou tout est repensé.

Le principal problème qui se pose est que les hommes d'aujourd'hui résonnent et inter-agissent ensemble selon les codes du système de pensée actuel, ce qui provoque la destruction de toute initiative nouvelle.

Le véritable enjeu est celui de la conscience. Le système d'oppression de la société du spectacle s'applique sur les consciences. Ceux qui veulent avancer vers autres chose devront avant tout détruire les codes et les conditionnements qui nous ensèrent. Après, l'univers des possibles s'élargira. Le plus important est de briser le fractionnement de la pensée et l'idée que notre conscience est séparée du monde qui l'entoure.

La tendance à l'objectivation du monde et de ses semblables est de toute première importance. Le fascisme se répand sur ce terreau là.  Le sentiment que certains ne sont que des objets dont on peut ce qu'on veut, comme les déporter, les exécuter, résulte de cette tendance issue du fractionnement de la pensée. Ce fractionnement est directement la conséquence de la physique mécaniste et cartésienne. La question n'est pas de la refuser mais de la dépasser et de lui redonner la place qui lui revient.  C'est ce qu'à fait David Bohm.

Ensuite, l'égo doit aussi être remis à sa place. Nous devons reconstruire l'art de vivre ensemble.

Tout passe ensuite par la construction active et l'investissement dans un projet d'association commune avec ses proches pour s'organiser pour sortir du système, pour se PASSER du système capitaliste et industrielle.

A mon sens, notre salut passe obligatoirement par ces éléments, bien que cela ne soit pas suffisant.

A défaut de nous en sortir, la génération suivante pourra peut-être poursuivre sur les décombres de l'ère des énergies fossiles...

Makhnovitch.

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dracula 21/05/2007 21:36

la question ne se pose pas ainsi. Les lois peuvent etre terrible et n'etre pas appliquées. Quand un pouvoir se decompose, il n'a plus que l'apparence de la force. une superbe maison rongée par les termites. Il faut peut etre tomber bien bas, le plus bas pour remonter. Mais on est dans les temps. quel temps :1358-1360,1560-1590,1790-1810,2010Le president est un adepte du darwinisme social. Le seul problème, c'est que le darwinisme peut aisement etre renversé. Il l'a deja bien été souvent. Il peut s'adresser à la classe dirigeante. Vous etes destinés à servir de compost et de fumier. Vous aurez enfin votre utilité.