Energy Watch Group 2ème

Publié le par makhnovitch

 J'ai publié les graphiques du rapport de Energy Watch Group sur l'album photo sous la rubrique EWG.

Je vais commenter quelques graphiques dans cet article. 

Commençons par le graphique de la production mondiale :

world.gif

On peut voir le déclin considérable de la production mondiale que Energy Watch Group prévoit. La production tombe à 40 mb/j en 2030. Vous pouvez remarquer que la production est concentré principalement en Amérique du Nord, en ex-URSS, au Moyen Orient et en Afrique. Les autres parties du Monde sont insignifiantes. Je pense que leur prévision sur l'Amérique du Nord est optimiste sur les sables bitumeux.

Ils publient une courbe des pays qui ont dépassé leur pic de production ainsi que ceux qui n'ont pas encore atteint leur pic en dehors de l'OPEP et de l'ex-URSS. Ils prévoient un déclin de 3%/an de ce groupe de pays à partir de maintenant.

pastpeak.gif

Voyons la surprenante courbe de production du Moyen-Orient. On peut noter les courbes sur les graphiques suivants de WEO 2004 (World Energy Outlook 2004)et WEO 2006 de l'AIE. Ces rapports sont produits chaque année par l'AIE et produisent des prévisions à l'horizon 2030. Vous pouvez constater la différence entre l'AIE et EWG.

moyenorient.gif
Leur production pique en 2005 à environ 24 mb/j puis déclinent régulièrement jusqu'en 2030 où elle arrive à environ 14-15 mb/j, ce qui représente encore presque 40% de la production mondiale à ce moment là.

Sur la courbe de l'Amérique du Nord, on peut voir le pic en 1984 puis un plateau entretenu par le Mexique jusqu'en 2004. Ensuite, ils prévoient un déclin beaucoup plus prononcé qui provoquerait une division par trois de la production de pétrole hors sables bitumeux entre 2005 et 2030. Je pense que cette courbe est assez optimiste. En effet, je pense que les USA verront leur production chuter plus rapidement car leur taux de déplétion est très élevé. Ensuite, Energy Watch Group est très optimiste sur les sables bitumeux. L'Etat canadien a sorti un rapport la semaine dernière sur les prévisions de production de gaz naturel an Canada d'ici 2009. Ils concluent que la production de gaz naturel va baisser de 5%/an entre 2006 et 2009. Ils donnent les données prévues de demande domestique comprenant les sables bitumeux. J'ai donc fait le calcul de la baisse des exportations et je trouve que les exportations de gaz naturel du Canada vers les USA vont baisser de 9 bcf/j en 2006 à 6 bcf/j en 2009, c'est à dire une baisse de 33% en l'espace de trois ans. A ce rythme, les exportations s'arrêtent en 2015. Je pense qu'elles s'arrêteront avant parceque le déclin va accélérer. Aussi, une fois que le Canada ne pourra plus exporter de gaz naturel vers les USA, ils seront obligés de limiter la demande intérieure et de choisir entre les sables bitumeux et la population. je ne crois pas qu'il soit possible de laisser la population crever de froid. Aussi, le gaz naturel va être progressivement retiré des sables bitumeux à partir de 2012-2015 provoquant l'arrêt de leur production en quelques années. Je pense que la production de sables bitumeux sera stoppé à coup sûr en 2020 mais sûrement avant. Aussi, la production en 2030 de l'Amérique du Nord sera surement beaucoup plus basse, aux environs de 3 mb/j.

ameriquenord.gif

Voici leur graphique des USA avec les différentes régions de production.
US.gif

Passons à l'OCDE Europe. il n'y a pas de suprise dans ce graphique car tous les producteurs sont en déclin. Mêmes les prévisions de l'AIE en 2006 ne sont pas très éloignés de EWG. L'Europe de l'Ouest ne produira plus qu'1 mb/j en 2030. L'Europe est très vulnérable car elle va se trouver quasiment dépourvue de production domestique d'énergie fossile et d'uranium en 2030 et totalement dépendante de la Russie et du Moyen-Orient et de l'Afrique. Le problème est qu'elle se trouvera en compétition avec les asiatiques et les américains pour capter les derniers restes des exportations provenant des ces trois pôles d'exportations. J'avais calculé l'année dernière que la Norvége cesserait d'être exportateur en 2028 si sa consommation se maintenait au niveau actuel.

OCDEeurope.gif

Voici ce très beau graphique  de la production  de la Grande Bretagne avec les couches des  gisements.

UK.gif

l'OCDE pacifique dont l'Australie est le principal producteur est en phase avec l'Europe puisque le pic intervient en même temps. La production pourrait passer de 0,8 mb/j en 2000 à 0,1 mb/j en 2030. Comme en Europe, l'Australie sera pratiquement complétement dépourvue de pétrole en 2030...

OCDEpacific.gif



La période des années 2000 fût celle du pic de la production en Europe et de l'Australie. La période des années 2006-2010 sera sûrement celle du déclin de la production en Asie.  Le début confirmé du déclin de l'Asie scellera à jamais le pic mondial car rien ne pourra compenser leur déclin. EWG a séparé l'Asie en trois zones : la Chine, l'Asie de l'Est et l'Asie du Sud.

Voici la production de la Chine. On voit un pic très fort en 2007, c'est à dire maintenant avec un déclin à 5%/an qui méne la production chinoise à un peu plus d'1 mb/j en 2030. Ce fort déclin est confirmé par le vice-président de l'Université du Pétrole à Pékin qui est venu à Cork en septembre à la conférence de l'ASPO. Dans sa présentation, il annonça que le rapport R/P de la Chine était de 12 ans, ce qui signifie que le taux de déplétion de déplétion doit se trouver quelque part vers 7-8%. Aussi, on peut s'attendre à ce que le taux de déclin monte progressivement vers le taux de déplétion au fur et à mesure du déclin. La Chine est actuellement le 5ème producteur mondial de pétrole derrière l'Iran, les US, la Russie et l'Arabie Saoudite. Quand son déclin se verra dans les données de l'AIE et de l'EIA, on pourra se faire du soucis....

chine.gif
Puis la courbe de l'Asie de l'est :

eastasia.gif Dans cette partie du monde, on peut voir que l'Indonésie
commence à franchement décliner vers la fin des années 90. Pour les trois autres principaux producteurs, Malaysie, Vietnam et Thailande, leur déclin va se produire entre 2006 et 2010 et sera très fort. Leur production va être divisé par 3,5 entre 2006 et 2030!
Il est à noter que le déclin de la Malaysie se voit déjà dans les données de l'AIE .

Enfin, l'Asie du Sud dont l'Inde est le seul représentant devrait commencer son déclin maintenant.

southasia.gif

La production de l'Inde devrait décliner déjà maintenant selon EWG. D'autres analystes lui  donnent un pic en 2007 (Campbell,  energyfiles).  On peut noter que la production devrait être divisé par 4 entre 2006 et 2030. Ce pays regroupe plus d'un milliards d'être humains et la plupart ne connaitront jamais l'ère du pétrole...

Aussi, ces trois zones devrait décliner maintenant selon EWG et précipiter le déclin général.

L'amérique latine devrait aussi décliner doucement dans les années qui viennent grâce à la mise en production de pétrole en eaux très profondes au large du Brésil. Mais tous les autres pays ont déjà commencé à décliner notamment depuis la période des année 2000 (Vénézuela, Argentine, Colombie). EWG prévoit que le déclin de l'Amérique latine devrait accélérer après 2010 après le pic de la production en offshore profond du Brésil quelques part entre 2010 et 2012. La production devrait être divisé par trois entre 2010 et 2030. 


latinamerica.gifMaintenant, nous allons voir les deux dernières parties du monde qui piqueront après 2010, l'ex-URSS et l'Afrique. Les pays de l'ex-URSS atteindront un nouveau pic juste entre 2010 et 2015 un peu en dessous de 15 mb/j. On peut noter quer EWG prévoit un long plateau de la Russie autour de 10 mb/j jusqu'au milieu de la décennie prochaine. mais ce pourrait être le déclin rapide de la production de l'Azerbaijan après une croissance fulgurante qui pourrait accélérer le déclin général avant le déclin de la Russie et du Kazakhstan.

FSU.gif
afrique.gifCe graphique de l'Afrique a un problème car des pays manquent dans la légende (dans l'ordre Nigéria, Angola, le Tchad et le Soudan et la Guinée Equitoriale). Le pic devrait intervenir autour de 2010. On peut noter le déclin de l'Algérie à partir de maintenant, confirmé par d'autres sources. C'est principalement l'Angola, le Soudan, le Tchad et la Guinée Equitoriale qui vont permettre de reculer le pic de l'Afrique.

Enfin, EWG montre un graphique dans son rapport qu'on a peu l'occasion de voir. c'est la production cumulée de 17 grandes compagnies pétrolières internationales (les fameuses IOC). On peut voir que la production générale de ces 17 compagnies baissent depuis 2004 de presque 1 mb/j passant d'environ 14 mb/j à 13 et cela malgré des investissements conséquents. Cependant, les investissements en exploration ont diminué tout simplement parceque'il n'y a plus grand chose à explorer. Par contre, les investissements sur les gisements en exploitation ont explosé pour maintenir la pression...

majors.gif
Enfin, pour finir, voici la courbe de production de l'Arabie Saoudite produite par Stuart Staniford sur oildrum reproduite par EWG dans son rapport. Cette courbe représente la grande différence entre l'ASPO et EWG. En intégrant le fait que l'Arabie pourrait avoir atteint un pic de production en 2005 suite aux diverses analyses faites depuis deux ans sur ce pays, EWG a avancé le pic de quatre ans par rapport au consensus de l'ASPO. EWG a aussi minimisé la production en eaux profondes contrairement à Colin Campbell. Ils expliquent cela par le fait qu'ils ont noté que les délais de mise en production s'allongeaient fortement et aussi que les gisements mis en production en eaux profondes atteignaient leur pic très rapidement, parfois dans la première année, notamment dans le Golfe du Mexique.

saoud.gifVous pouvez regardez d'autres graphiques publiés dans l'album photo mais aussi lire le rapport de Energy Watch Group en anglais.

Emmanuel Broto.


Commenter cet article

tld 04/11/2007 16:04

Je trouve les prévisions pour la Chine excessivement pessimistes. Les gisements actuels, exploités depuis plus de 40 ans, sont effectivement en train de s'épuiser et ne sont pas encore compensés par les nouveaux puits dans l'ouest et la mer de Chine mais la prospection dans ces zones ne fait que commencer.Par ailleurs, le vice-président de l'Université Chinoise du Pétrole, Pang Xiongqi -si il s'agit du même- annoncait il y a quelque jours un pic en 2015 (ref : http://www.interfax.cn/displayarticle.asp?aid=29090&slug=CHINA-ENERGY-OIL-GAS-PRODUCTION-PEAK)

Vincent Schwander 28/10/2007 13:50

bonjour, mister makhnovitch.je suis un lecteur assez récent de votre site.mais très assidu depuis lors. d'autant qu'il me faut souvent relire plusieurs fois les posts pour les assimiler au mieux.je voudrais donc juste vous féliciter de la qualité de votre travail. Quand je vois l'énergie (morale, pas pétrolière) que je dépense pour essayer de sensibiliser mes proches à la  déplétion en cours, j'imagine que la votre, d'énergie, est très intense... encore merci, Vincent

jean philippe détolle 25/10/2007 15:29

bonjour, je suis terre de brut depuis longtemps. Il est comique de voir que le PO, largement prévisible et bien documenté par vous, l'ASPO, oildrum et d'autres, commence juste à sortir dans la presse main stream, au grand étonnement du monde économique...Je suis au Québec, et le développement des sables de l'Athabaska est un sujet récurant au Canada. Un point par rapport à votre dernier papier (énergie Watch group 2eme) : effectivement, le gaz naturel entre en déplétion dans l'ouest canadien, malgré les projets de développement du détroit du Mc Kenzie. La preuve : le Québec à approuvé hier la construction d'un deuxième terminal méthanier pour diversifier la ressource...Par contre, si c'est actuellement un facteur limitant pour la production des sables, l'Alberta planche actuellement sur des projets de centrales nucléaires pour augmenter la production...L'énergie nécessaire à l'extraction ne sera donc peut être pas le facteur limitant les futurs développements (prévision de 2 MB/J en 2020 contre 1 actuellement, mais demande des USA pour passer à...5Mb/j!!! ce qui semble impossible). Par contre, si ce n'est pas l'énergie qui limitera la production, il se pourrait que ce soit l'eau disponible, la rivière Athabaska étant déjà surrexploitée pour l'extraction, très consommatrice d'eau....

makhnovitch 25/10/2007 16:19

Merci pour vos précisions en direct du Canada.  Je sais qu'il y a des projets de centrales nucléaires pour alimenter la production des sables et je crois qu' Areva est dans le coup. Mais malheureusement, la production d'uranium ne se porte pas tellement mieux et même peut-être pire. Aussi, d'ici à ce que les projets voient le jour et soit mis en service, il n'est pas sur qu'il y aura encore les capacités de production d'uranium pour les utiliser pour autres choses que pour produire de l'électricité... Je vais aussi développer des papiers sur la production d'uranium dans les temps prochains. En effet, l'eau sera peut-être le facteur le plus limitant des sables avant le gaz naturel...Disons que le gaz naturel va devenir franchement limitant d'ici 2012-2015, la possibilité nucléaire va s'évanouir d'ici trois à quatre ans. Quant à l'eau, je ne sais pas  mais j'ai l'impression que la situation est déjà critique...

poleta33 25/10/2007 11:02

ca fait vraiment plaisir de voir ce declin !par contre il y a une chose supplementaire a prendre en compte dans ce declin, c'est que les petroles produits sont de qualite de plus en plus mauvaise, et qu'il faut donc de plus en plus d'energie pour les raffiner, ce qui pourrait bien augmenter la vitesse du declin !

makhnovitch 25/10/2007 16:13

En effet, la détérioration de la qualité du pétrole fait partie des multiples boucles de rétro-action positive qui vont aggraver la situation. Je vais faire bientôt une revue des boucles de retro-action qui vont agir sur le déclin du pétrole disponible spécialement pour les importateurs.

Pascal 24/10/2007 23:25

Comme on aimerait que tout cela soit faux...