Etat des lieux des stocks américains de la semaine dernière

Publié le par makhnovitch

Je reviens sur mon terrain de prédilection, le pétrole, sa vie, son oeuvre et je vais m'écarter des sujets qui fachent pour les temps à venir.

Je reviens sur la publication hier des stocks pétroliers aux USA qui font tant monter les prix puisque ceux-ci ont atteint plus de 96$ hier à New York alors qu'ils se trouvaient vers 88$ avant le rapport hebdomadaire de l'USDOE. La glissade du dollar et la baisse des taux d'intérêts par la FED n'y sont pas étrangers évidemment. Il faudrait d'ailleurs montrer la corrélation de plus en plus forte entre le dollar et le pétrole et l'or comme monnaie refuge.

Mais la panique de plus en plus manifeste devant la baisse des stocks ne peut être évacué.
Et cette panique vient bien du fait que le marché se demande si les fondamentaux entre offre et demande ne sont pas en déséquilibre...

Dans cet article, nous allons juste voir l'état des stocks pétroliers et le prix aux USA.

Voici la courbe des stocks de pétrole brut aux USA selon l'USEIA le 31 octobre 2007.
On peut voir que les stocks sont montés à plus de 350 millions de barils en juillet puis sont redescendus vers 320 au cours du mois de septembre et sont maintenant à 312 millions de barils. La courbe bleue est la tranche moyenne d'évolution des stocks ces 5 dernières années. Aussi, les stocks se trouvent toujours dans la partie haute de la tranche.  Nous verrons dans d'autres articles sur les stocks que le point de bascule de juillet 2007 se voit dans les stocks de pétrole brut de l'OCDE. Et, c'est bien normal puisque ce point de bascule correspond à la perte d'équilibre entre l'offre en pétrole brut et la demande finale en produits raffinés. Aussi, les raffineries ont demandé plus de pétrole que ce qui est produit et les consommateurs ont demandé aussi plus de produits raffinées que les raffineries ont produit conduisant à une baisse des stocks des pétrole brut et de produits raffinés. Mais la nouveauté du mois de juillet est le déclin des stocks de pétrole brut car ceux-ci augmentaient jusqu'à présent contrairement aux produits raffinés. 

crstusm.gif

Ensuite, les prix du Brent et du WTI sont publiés depuis novembre 2005 et on peut mesurer la montée des prix. Les prix étaient montés à environ 78$ le baril pendant l'été 2006 puis était redescendus jusqu'à 50$ en janvier 2007. Depuis le début de l'année, les prix sont montés assez régulièrement sans qu'il n'y ait de franches ruptures de production.  Cette montée s'est même accélérée depuis août puisqu'en trois mois, les prix sont passés de 70 à 95$.


L'état des stocks de pétrole brut aux USA dépend de l'écart entre l'approvisionnement en pétrole
des stocks par la production domestique et par les importations  et leurs vidages par les raffineries. Commençons par la quantité de pétrole qui entrent dans les raffineries aux USA. Depuis un an, on peut voir que le pic est en août à environ 16 mb/j et est descendu jusqu'à 15 mb/j fin octobre. Les maintenances des raffineries sont faites en ce moment avant de repartir à plein régime pour l'hiver.



Si l'on regarde les importations, on peut voir que celles-ci en 2006-07 ont été moins importantes qu'en 2005-06 et qu'on peut observer un net fléchissement fin octobre. La semaine dernière les importations sont descendus à 9,1 mb/j et cette semaine 9,4 mb/j.

crimusm.gif

Voici la courbe de production domestique de pétrole brut des USA. Sur la courbe 2005-06, on peut voir le rétablissement de la production après Katrina jusqu'en février puis une stagnation depuis lors 5 et 5,3 mb/j. On observe un légère baisse ces derniers mois.

crtpusm.gif
Ensuite, passons aux stocks de produits pétroliers après le passage en raffinerie.

Voici la courbe des fameux stocks d'essence US.  On peut voir que la courbe des stocks en 2007 ne ressemble guère à celle des 5 années précédentes. Après une hausse importante en février, ce fut une chute toute aussi rapide qui s'en suivit jusqu'en mai juste avant la fameuse période des vacances d'été aux US. Ce fut ainsi une belle frayeur quand les stocks tombèrent à moins de 200 mb en mai. Mais finalement grâce à des importations conséquentes provenant principalement d'Europe, les stocks purent quand même se maintenir. Mais en août, ce fut la chute jusqu'à 190 mb. La production domestique chuta avec les importations alors que la consommation se maintenait encore jusqu'en septembre. Ensuite, la consommation commença à baisser et les stocks ont stagné et se sont remplumés légérement. Il existe au niveau du système d'approvisionnement en essence sur l'ensemble des USA un niveau mimimum d'opération (MOL : Minimum Operating Level) en dessous duquel on commence à observer des pénuries. Il a été évoqué que ce niveau se trouverait à 185 mb mais cela est incertain car très peu d'information a été publié sur ce sujet.

gtstusm.gif
Les stocks de propane ont évolué en dessous des 5 dernières années et se trouvent toujours dans la tranche basse de la moyenne. Cela signifie que si l'hiver est rude, les stocks de propane pourrait descendre à des niveaux critiques...
prstusm.gif
Enfin, les stocks de produits distillés qui eux se trouvent sur la partie haute de la moyenne des 5 dernières années. disstusm.gifQue peut-on en conclure? Le marché pétrolier des USA est de loin le plus important puisque les USA consomment le quart du pétrole dans le monde. On peut observer que la situation des stocks d'essence et de propane n'est pas des meilleurs mais c'est surtout la situation des stocks de pétrole brut qui inquiète car ceux -ci baissent vite avec des importations qui sont trop faibles alors même que les raffineries ne tournent qu'à 86% d'activité.

Il est donc de plus en plus évident qu'il n'y a pas assez de pétrole qui entre aux USA en ce moment. Est-ce que cette situation est passagère ou structurelle? Telle est la question mais les semaines passent et l'agitation des marchés est de plus en plus fébrile car quand les raffineries vont augmenter leur rythme, et si les importations ne sont pas au rendez vous, les stocks de pétrole brut vont chuter encore plus vite jusqu'à des niveaux critiques.

Emmanuel Broto.

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fossiliste 02/11/2007 15:54

PETROLE ET PECHEURS BRETONS  BRULER 2 KILOS  DE FUELS FOSSILE POUR RAMENER 1 KILO DE POISSON   AVEC 95 % D EAU !!!  2 KILOS DE FUEL POUR 50 GRAMMES DE VIANDE  CA VA DURER LONGTEMPS ???? http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33068381@7-37,0.htmlPETROLE   96 DOLLARS  

Saratoga Elensar 02/11/2007 01:24

Comme on parle de stocks....il est intéressant de voir quelles sont les nouvelles fraiches concernant les stocks de notre propre pays la France.http://www.peakoil.com/article32596.htmlFrance Releases 285,000 Tons Crude From Strategic Stocks - GovernmentLONDON -(Dow Jones)- France has released 285,000 metric tons of crude oil from its strategic petroleum reserve, a spokesman from the French finance ministry said Thursday. The country has taken action as a result of a short-term shortage of crude oil and products, spokesman Jean-Marc Plantade said. Plantade said oil product supplies in the country had become more scarce due to planned maintenance at two major refineries - Feyzin and Gonfreville, both operated by Total SA (TOT).The government is in "constant contact" with oil companies operating in French territories to assess the day-to-day situation regarding the shortage, he said.

makhnovitch 02/11/2007 14:35

Merci pour cet info aussi. je vais creuser...

Michael 02/11/2007 00:28

Le patron de Total commence aussi à dévoiler la vérité, là ca devient de plus en plus sérieux !http://bourse.lerevenu.com/newsdepeches.hts?urlAction=newsdepeches.hts&idnews=FPS071101_20258086&numligne=0&date=071101&source=FPS Alors que le cours du baril de pétrole caracole en direction des 100$, le patron de Total, Christophe de Margerie, jette encore un peu d'huile sur le feu. A l'occasion d'une conférence à Londres ("Oil & Money"), le dirigeant a estimé que les capacités de production mondiale seront bien inférieures aux prévisions officielles des experts ! Cité ce matin par le 'Financial Times', il a ajouté que le cap des 100 millions de b arils par jour (mbj) sera très difficile à atteindre en 2030, alors que les experts de l'AIE (Agence Internationale de l'Energie) prévoient 116 mbj, et ceux du gouvernement américain 118 mbj.

makhnovitch 02/11/2007 14:34

Merci pour cet information.