Libération : L'or noir déjà sur la réserve

Publié le par makhnovitch

 
 
Voici un article d'un chroniqueur piquiste de Libération (???)
Qu'est-ce qui leur arrive?



par-dessous le marché. Chaque lundi, le capital décrypté
 
CHRISTIAN LOSSON(1) Simmonsco-intl.com, Peakoil.net et Postcarbon.org
 
QUOTIDIEN : lundi 12 novembre 2007
 
 
  
 

La fin du pétrole ? C’est sûr. Quand ? Ça l’est moins. La fin du pétrole bon marché ? C’est fait. Irrémédiablement ? C’est plus que probable. Peu de chance qu’on trouve des économistes prêts à prendre des paris pour retrouver, un jour, un baril de pétrole sous les 10 dollars… Et pourtant, 9,8 dollars, c’était le prix des 159 litres de brut en décembre 1998. 98 dollars, le 7 octobre 2007, c’est du fois dix.

 

En cours. Neuf ans plus tard, le monde de l’énergie est durablement transfiguré. Et le pétrole s’accroche à un sommet duquel il risque bien de ne plus dévisser. Poussé par la boulimie de grands pays émergents, Chine en tête. Attisé par les spéculateurs qui préfèrent les matières premières aux joies, douloureuses, des subprimes. Gonflé par un dollar de plus en plus considéré comme une monnaie de singe par les pétromonarchies. Electrisé par les battements d’ailes des papillons géopolitiques.

Que disent les «experts» ? Le FMI : «Les effets des prix élevés du pétrole semblent contrôlables. Ces hausses de prix sont tirées par une croissance soutenue de la demande dans les pays émergents, comme la Chine, plutôt que par une offre insuffisante.» L’Opep : «Il faut durcir la législation des marchés pétroliers pour contrer les phénomènes spéculatifs.» Claude Mandil, ex-directeur de l’Agence internationale de l’énergie : le progrès technique nous permettra de trouver d’autres gisements.

Aucune institution, aucun pays n’envisagent sérieusement le scénario d’un épuisement déjà en cours. Le pic pétrolier, hier encore perçu comme la prophétie d’une niche de pessimistes, semble pourtant de plus en plus auto-réalisatrice. Les Cassandre de l’Aspo (Association pour l’étude du pic pétrolier), emmenées par Colin Campbell, un ex-géologue qui a annoncé le pic en 2005, se sentent du coup un peu moins seules. Elles ont été rejointes par l’EWG, un groupe de scientifiques allemands qui estime que la production a commencé à décliner de 3 % depuis 2006. Et le nombre de sites sérieux dédiés au peak oil se multiplie sur la Toile (1). Même des banques (telles que Simmons & company), l’évoquent ouvertement.

Plan B. Est-ce sûr ? Non. Mais la cécité de la communauté internationale qui refuse même d’en parler, d’en débattre, et d’envisager un plan B, est, elle, sûrement catastrophique. Une chose est sûre : on ne trouve plus grand monde pour assurer que le pic interviendra dans quarante ans…

Publié dans News

Commenter cet article

Vincent Schwander 18/11/2007 16:49

tiens, qu'est ce que je disais ...le mëme dr Al Husseini dans l'entretien à David Strahan dit que la production saoudienne s'élèvera à 12 mb/j en 2012, donc au niveau que l'AIEA lui demande, si les nouveaux champs répondent aux espoirs. c'est donc une façon d'avouer que les anciens champs sont en déclin aujourd'hui. ...

vincent Schwander 18/11/2007 15:54

deux commentaires sur l'interview de Mr Al-Husseini :1. il dit que les prix augmenteront au minimum de 12$ au moins chaque fois que l'écart entre la demande et la production augmentera de 1mb/j. ce qui peut faire bien plus que 12$ par an, bien sûr.2. quand il dit que les réserves mondiales ont été surestimées, il dégomme les estimations des membres de l'OPEP menées à la hausse sous pression des USA, mais sans remettre en cause les données de son propre pays, l'Arabie Saoudite (petit producteur de peu d'importance, sans doute ...). il reconnait lui même que ses déclarations sont attentivement analysées par le ministère du pétrole du royaume (saoudien)... si la production saoudienne ne devait pas répondre aux espoirs officiels, l'estimation des 12$ annuels serait une aimable plaisanterie ...mon avis là dessus : le dr Al-Husseini (ex n° 2 de la Saoudi Aramco)nous porte là les prémisses du discours qu'on va entendre partout désormais, en substance :"on ne peut pas produire plus, les réserves sont difficilement exploitables, les prix vont monter ... mais, pas de panique, on contrôle ..." Pour moi, tout est vrai là dedans jusqu'à "pas de panique". Par contre, "on contrôle" signifie "on contrôle rien, sauf la communication ..."je sais pas pour vous,mais moi, plus on s'accroche à la com, moins c'est bien parti ...

Jabin 16/11/2007 23:19

La production d'or noir n'augmentera plus, selon l'ex-n°2 du pétrole saoudienLa fin de la partie de poker menteur est terminée... Le Peak Oil est bien derrière nous... Un de ses joueurs révèle l'envers du décor des réserves pétrolières. Surveillez le cours du pétrole ! A suivre également le conflit avec l'Iran pour les mêmes raisons... Quant à notre omniprésident, il devra une nouvelle fois jouer à Zorro... sur les prochains barrages des routiers, avec le porte-feuille (du contribuable) bien garni !C'est enfin une bonne nouvelle pour la planète. Une moins bonne nouvelle sur le plan social, au vu de l'absence d'anticipation et de remise en cause des paradigmes de production/consommation du capitalisme dominant...Bonne lecture.François jabin...La production d'or noir n'augmentera plus, selon l'ex-n°2 du pétrole saoudienLEMONDE.FR | 16.11.07 | 19h02 • Mis à jour le 16.11.07 | 21h05 A Londres, devant un parterre de grands patrons du pétrole, réunis à l'occasion de la Oil & Money Conference, rendez-vous majeur de l'industrie pétrolière mondiale, Sadad Al-Husseini a lancé trois affirmations lourdes de conséquences : la production mondiale de pétrole et de gaz liquéfié va stagner jusqu'aux alentours de 2020, avant de décliner inexorablement ; les chiffres officiels "exagèrent" les réserves planétaires de 300 millards de barils, soit un quart du total encore exploitable ; cette stagnation implique une augmentation minimale du prix du baril de 12 dollars chaque année, à mesure que se creusera l'écart entre une offre stagnante et une demande toujours plus forte.(...)Sadad Al-Husseini conclut : "Plus vite nous réaliserons que les extractions de pétrole ne peuvent augmenter indéfiniment, plus vite nous rechercherons des options énergétiques alternatives et soutenables, et nous éviterons ainsi des folies tragiques telles que l'occupation de l'Irak, et d'autres mésaventures similaires."http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-979167,0.html?xtor=RSS-3208

makhnovitch 17/11/2007 15:03

Je n'ai pas relaté les propos de Al-Husseini en effet. Il a aussi donné un entretien à David Strahan. Il a en effet confirmé la surévaluation de 300 Gb de la part de l'OPEP depuis les années 80. Les réserves de l'OPEP sont donc bien aux alentours de 300-350Gb et non 750 Gb. C'est en effet important qu'il ait dit que la production n'irait pas tellement plus loin qu'aujourd'hui tout en disant qu'elle continuerait sur un plateau jusqu'en 2020. Dans une déclaration offficielle, il y a toujours plusieurs niveaux de lecture. Une info importante mais sensible sera toujours relativisé par des éléments rassurants. Je comprends le plateau de ce point de vue. l'important est que Al HUsseini ait dit que la production mondiale se trouve aujourd'hui à son maximum. La troisième info, l'augmentation des couts de production, est aussi importante dans le sens, où elle signifie que les saoudiens vont avoir besoin d'un montée minimum des prix du baril de 12$ par an pour faire face à la croissance de leur coût. Là aussi, Jean Laherrère l'a explique dans l'entretien qu'il a donné à Cork. Jean estime le point neutre des saoudiens dajà aux alentours de 40-50$ le baril. J'aurais du faire un article sur cela mais je choisi de me concentrer sur une étude sur les stocks et sur les interviews vidéo à venir. Je ne peux tout traiter. Il faudrait qu'il y ait d'autres rédacteurs pour cela. Donc merci François pour avoir fait passer cette information en effet plus que digne d'intérêt. Emmanuel.

Pascal 13/11/2007 22:04

Ils sont nés de la dernière pluie, à Libé ! "(...) le nombre de sites sérieux dédiés au peak oil se multiplie sur la Toiile. Même des banques (telles que Simmons & company), l'évoquent ouvertement". Tous les "sites sérieux" cités existent depuis des années, Simmons prêche dans le désert depuis un bail aussi, et Libé ne le découvre que maintenant ? Ils ont fait quoi, pendant tout ce temps, les journalistes du journal de Rothschild ?

Guyonneau 13/11/2007 17:57

Bravo pour l'ensemble du blog , etudiant depuis 3 ans le pic oil j'ai installé le poster "the oil age dans mon salon .Honnétement je suis de plus en plus inquiet ....