Les stocks céréaliers repartent en forte baisse pour 2007

Publié le par makhnovitch

La question de la production en pétrole implique directement la question de la production agricole car celle-ci est fortement dépendante du pétrole et du gaz que ce soit pour les engrais (gaz), les pesticides mais aussi pour l'irrigation, le chauffage des serres, les machines agricoles, le transport des denrées, etc...

La production de céréales dans le monde est une question d'une importance cruciale. Les céréales ne servent évidemment pas qu'à nourrir les hommes mais aussi les bêtes et sert de plus en plus à des usages industriels. Ces usages industriels couvrent la production de "biocarburant" que l'on devrait plutôt appeler "phytocarburant".

L'adéquation entre la production mondiale et la demande se trouve être de plus en plus difficile depuis le début des années 2000. Cette adéquation se mesure à l'évolution des stocks mondiaux de céréales.

Or les stocks mondiaux de céréales ont connus des pertes très importantes pendant les années 2002 et 2003. Il y eu une très bonne année en 2004 et les stocks ont pu se regarnir un peu mais la campagne qui s'achève cette année voit de nouveau repartir les stocks à la baisse et celle de l'année prochaine sera moindre que cette année avec une demande toujours supérieure.

je vous invite à visiter le site de la FAO et à suivre l'évolution de ces stocks dans les années qui viennent car ils seront d'une importance cruciale.

je cite ici la partie la plus significative du rapport de juillet 2006 sur "les perspectives de récoltes et situation alimentaire" mais je vous invite à regarder les tableaux sur le lien précédent.

"Fort recul des stocks céréaliers mondiaux en 2007
Compte tenu des perspectives de production et de consommation pour la nouvelle campagne, les stocks céréaliers mondiaux à la fin des campagnes se terminant en 2007 devraient s'établir à tout juste 417 millions de tonnes, soit une baisse de 45 millions de tonnes (10 pour cent) par rapport à leur niveau d'ouverture. Ainsi, le rapport entre les stocks céréaliers mondiaux et l'utilisation prévue pendant la prochaine campagne devrait passer à 20 pour cent, contre environ 22,5 pour cent en 2005/06. Ce recul attendu des stocks céréaliers mondiaux devrait être le fait des diminutions probables des réserves de blé et de céréales secondaires, tandis que les stocks de report de riz pourraient augmenter légèrement.

Selon les prévisions, les stocks mondiaux de blé seraient ramenés à 160 millions de tonnes, soit 10 millions de tonnes (6 pour cent) de moins que leur niveau d'ouverture. Ainsi, le rapport entre les stocks mondiaux de blé et l'utilisation sera probablement le plus bas des trente dernières années, soit 25 pour cent environ. Les moindres réserves des grands pays exportateurs ainsi que de la CEI expliquent pour l'essentiel la contraction des stocks mondiaux de blé. Les stocks mondiaux de céréales secondaires à la fin des campagnes nationales de 2007 devraient aussi fortement diminuer, passant à 151 millions de tonnes. Ce chiffre représente un recul de quelque 38 millions de tonnes, soit plus de 20 pour cent. La plupart de cette réduction devrait être le fait des États-Unis, où la production s'annonce en recul, tandis que la demande intérieure et les exportations devraient s'accroître. Ainsi, s'agissant des céréales secondaires, le rapport entre les stocks mondiaux et l'utilisation sera probablement de 15 pour cent, ce qui représente le plus bas niveau jamais enregistré. En revanche, les premières prévisions concernant les stocks de clôture de riz à la fin des campagnes 2007 indiquent que le processus de reconstitution des stocks amorcé en 2005 se poursuivra, les réserves mondiales devant passer à 106 millions de tonnes, soit une hausse de près de 4 pour cent. Cette hausse devrait surtout concerner la Chine, et dans une moindre mesure la Thaïlande."

A titre indicatif, je cite un autre passage pour donner une indication de la raison pour laquelle les stocks de céréales devraient chuter de 20% en 2007 :
"La demande croissante d'éthanol stimulera probablement de nouveau l'utilisation industrielle des céréales secondaires (maïs principalement) en 2006/07, en particulier aux États-Unis et en Chine."

Donc, alors que la production mondiale de céréales n'a dépassé la demande qu'en 2004 depuis 1999, que les stocks mondiaux ont diminué de plus d'un tiers en l'espace de 6 ans, la production d'éthanol à partir de céréales passe au stade industriel aux USA, en Chine et dans le monde.

On peut se demander ce qu'il se produira si cette tendance se poursuit dans les années qui viennent. Au rythme de chute des stocks (45 millions de tonnes en 2007), les stocks seront épuisés d'ici 10 ans. Il y a toute les chances que l'écart entre la production et la demande s'agrandisse puisque la demande ne cesse de croitre année après année.

Il se pourrait que la production de céréales subisse des baisses importantes à l'avenir à cause de secheresses importantes causées par le réchauffement climatique, causé lui-même par l'utilisation exubérante des énergies fossiles. Mais les pénuries en énergies fossiles provoqueront aussi des chutes importantes de production de céréales car les sols sont fortement dégradés et les céréales ne poussent en certains endroits plus que grâce à l'utilisation d'intrants chimiques, dérivées des hydrocarbures... La boucle est en train de se refermer sur nous.

Voici un exemple du piège que représente l'utilisation forcenée du pétrole. Avec le pétrole, on augmente les rendements mais au prix d'une dégradation formidable des sols à tel point que certains sont quasiment considérés comme morts. Puis, par le biais des transports bon marché rendus possible par l'abondance du pétrole, on créé un marché mondial agro-alimentaire en détruisant l'agriculture vivrière et en developpant l'agriculture intensive tournée vers les exportations rendant l'indépendance alimentaire des pays de plus en plus précaire (savez vous que le but est de conserver seulement 100 000 agriculteurs en France).  La croissance de la production alimentaire couplée avec sa dispersion provoque une croissance exponentielle de la population mondiale qui continue au rythme de 70 millions d'individus par an. Mais le cercle infernal s'enclenche quand la production céréalière atteint un plateau par l'utilisation maximum des surfaces agricoles, puis tend vers le déclin quand les conditions climatiques se dégradent, quand l'eau commence à se faire rare, quand le pétrole se fait de plus en plus désiré, quand les sols sont détruits. Les stocks céréaliers peuvent s'épuiser en l'espace de quelques années. Nous serons toujours le même nombre  : presque 7 milliards d'individus en compétition avec 700 millions de véhicules et des milliards d'animaux destinés à être mangés par le Roi-Homme. Nous serons sur une seule planéte sans autre possibilité de faire autrement qu'avec ce qu'il nous reste. Après les guerres du pétrole, les guerres de l'eau, les guerres des céréales?

Bon appétit.

Makhnovitch.

Publié dans Agriculture

Commenter cet article

Vincent François 13/09/2006 21:29

Un excellent article d'un excellent site.  Merci.