Etude de la Norvège

Publié le par makhnovitch

La Mer du Nord  fût  une sacré découverte pour les anglais et les norvégiens à la fin des années 60.
ceux-ci pensaient que l'avenir était radieux pour des dizaines d'années. Aujourd'hui, on peut dire que la fête fût de courte durée. Un être humain né en 1960 en Norvège a connu les premières découvertes de pétrole en 1967, puis les premières mises en production en 1971 puis la montée en puissance jusqu'à l'an 2001, année du pic de production tout liquide de la production norvégienne, où la production atteint 3,41 mb/j.

En mai 2006, elle n'est plus que de 2,81 mb/j. Sur un an, la production s'élève à 1 milliards de barils. Il en restera 10,5 selon Colin Campbell ou Jean Lahererre à la fin 2006. Le taux de déplétion est donc de presque 10%. Dans 20 ans, il est presque certain que la production sera abandonnée en Mer du Nord. Le norvégien né en 1960, si il est vivant en 2026, aura vécu tout le cycle de découverte et de production de pétrole de la mer du Nord. Le déclin s'est accéléré depuis mai 2005 comme vous pouvez le voir sur le graphique. Ainsi, il est de 13,9% entre mai 2005 et mai 2006.
A ce rythme, la production ne sera plus que de 0,51 mb/j en 2016! Elle aura été divisé par 4,5!. Il resterai encore 5,7 Gb de réserves. Il y a donc des chances que le déclin ralentisse au cours des années si les réserves sont réellement viable économiquement, ce qui est une autre affaire.
En tout cas, en ce moment, on peut dire que la production en Mer du Nord est réellement en train de s'effondrer.


Voyons ce que cela donne depuis 10 ans sur le tout liquide. Le pic est bien visible en 2001.


Makhnovitch.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vox 07/05/2007 02:53

A partir de 2007 ou 2008, la production mondiale de pétrole va décroître à un rythme de plus en plus important, le pétrole conventionnel facile à extraire comme le pétrole dont l’extraction est difficile et très coûteuse.
Selon une estimation raisonnable, nous aurions une production limitée à 80 % dans 12 ans et à 50 % dans 20 ans de celle d’aujourd’hui, car les réserves de pétrole ont été surestimées.
Le volume des nouvelles découvertes est depuis longtemps inférieur à celui de la production. Le maximum de découvertes a été atteint en 1962. Depuis 1981 le volume produit chaque année est supérieure à celui des nouvelles découvertes. Actuellement, le volume produit est 3 à 4 fois supérieur au volume découvert.
La décroissance de la production peut être très rapide comme le montre la Norvège (- 15 % en 4 ans), la Grande-Bretagne (- 38 % en 6 ans), l’Australie (- 34 % en 5 ans).
Le nucléaire, les piles à combustible et les biocarburants sont des solutions illusoires.
http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_petrole.htm
C’est le moment de consommer beaucoup moins d’énergie et de changer de façon radicale notre mode de vie, l’organisation du territoire (passer de l’exode rural à l’exode urbain), l’urbanisme, l’architecture, l’organisation économique et sociale.

JC Guyonneau 07/11/2006 17:39

Tres bon travail , nous sommes informés mais sur les sites boursiers c'est la grande ignorance.Serait il possible de donner des insications sur les sois-disant baisses volontaires de prod de l'opep ?merci