Pic pétrolier en juillet 2006 ?

Publié le par makhnovitch

Bonjour à tous,

Ce premier article est destiné à introduire une série d'articles que je vais mettre en ligne au fur et à mesure.


J'ai toutes les raisons de penser que le déclin général de la production de pétrole tout liquide est imminent voir qu'il a déjà commencé.

Selon les chiffres données par l'EIA (Energy Information Administration), dépendant de l'administration des USA, il est de l'ordre du possible que la production de pétrole tout liquide ne dépasse plus jamais le pic qu'elle a atteint en juillet 2006.
Selon les chiffres données par l'AIE (Agence Internationale de l'Energie), organisme dépendant de l'OCDE, on aboutit au même résultat même si ces derniers paraissent plus optimistes que les US.

Pourtant, peu d'analystes même au sein des "piquistes" se risquent à dire que le pic est passé. Pour moi, le plus juste est Mr Bakhtiari. Pour l'instant, ses prévisions s'avèrent réalistes. J'y reviendrais plus tard.

Les implications de cette affirmation sont considérables au niveau économique, social, politique, etc....

La première partie de mon analyse se portera sur les chiffres données par le rapport mensuel de l'EIA début avril 2007.

A partir de ce rapport mensuel, je vais présenter l'évolution des différentes phases du pic depuis décembre 2003. J'en avais parlé précédemment l'année dernière mais les choses se sont encore eclaircies depuis.

Nous avons assisté à divers pré-pic depuis 1999 sans que nous nous en rendions compte. C'est extrêmement dommageable car ceux-ci auraient pu servir d'avertissement à ce qui se prépare mais les gouvernants, les analystes et les médias n'ont pour la plupart rien vu et les autres ont fermé les yeux. La population n'est donc maintenant pas du tout préparée à ce qui va se produire dans les mois et les années qui viennent.

Je ne reviendrais pas sur le pic de la Grande-Bretagne en 1999 entrainant le pic de la Mer du Nord puis sur le pic de la Norvège en 2001 entrainant le pic de l'ensemble de la production des pays de l'OCDE.

On commencera en décembre 2003 car le rapport mensuel ne permet de remonter que jusqu'en janvier 2001.

Ce graphique représente la production mondiale de pétrole brut vue par l'EIA entre janvier 2001 et janvier 2007.

Dans ce graphique, vous pouvez voir 6 dates.

Décembre 2003
La première, en décembre 2003, termine une phase de croissance forte durant l'année 2003.
Cette date est celle du pic de production de la production non-opep et non-FSU ( Former Soviet Union). Cela signifie que la production mondiale de pétrole brut en dehors des pays de l'OPEP et des républiques de l'ancienne URSS a atteint un pic en décembre 2003. A partir de cette date, il faut donc compter principalement sur les grands exportateurs, l'OPEP et la FSU pour faire progresser la production mondiale. Décembre 2003 fait suite à décembre 2001, date à laquelle la production de l'OCDE a entamé son déclin. Deux ans après son pic, l'OCDE entraine dans le sillage de son déclin le reste de la production mondiale en dehors des grands exportateurs.

Octobre 2004
11 mois plus tard, les deux grands producteurs et exportateurs mondiaux, la Russie et l'Arabie Saoudite, stoppe en même temps la forte croissance de leur production pour des raisons différentes. Alors même que le pic de production non-opep et non-FSU de décembre 2003 mettait la pression principalement sur ces deux producteurs, ceux-ci ralentissent leur progression en octobre 2004. C'est en octobre 2004 que le plateau de la production mondiale de pétrole brut commence.

Mai 2005
Cette date est sûrement la plus importante de toute.
Premièrement, le pic de la production mondiale de pétrole brut se trouve toujours en mai 2005 selon l'EIA comme vous pouvez le constater sur le graphique.
Deuxièmement, c'est le pic de la production mondiale non-FSU que ce soit pour la production de pétrole brut ou pour la production tout liquide ( pétrole brut, NGL, ethanol, divers). Les chances que la production non-FSU puisse à nouveau le dépasser s'amoidrissent mois après mois. La production a chuté de 2 mb/j entre mai 2005 et janvier 2007 et je ne vois pas très bien comment il est possible de remonter ces 2 mb/j.
Cette date fatidique signale que le pic de production mondiale n'a pas eu lieu en mai 2005 grâce principalement aux anciennes républiques d'URSS.
Nous pouvons voir que la production de la FSU n'est plus suffisante pour maintenir le niveau de production mondiale de mai 2005 de manière durable.  Ainsi, la fin de la croissance de la production de la FSU signalera  de toute évidence la fin de toute chance d'avoir un nouveau pic dans le futur. Il se situera obligatoirement dans le passé. Cependant, il suffit que la croissance de la FSU ne soit plus suffisante pour contrebalancer le déclin du reste du monde pour que le pic soit derrière nous.
La réponse se trouve vers l'OPEP. Les pays de l'OPEP sont-ils en mesure de remonter la pente de leur déclin vertigineux?

Septembre 2005
C'est en septembre 2005 que la production des 11 pays de l'OPEP a subi un pic.  L'année 2005 est la nouvelle année du pic de production de l'OPEP. L'année 2005 ( 31,155 mb/j) a dépassé le pic de l'année 1977 (31,087 mb/j) mais l'année 2006 (30,662 mb/j)  voit une baisse sensible de la production OPEP.

Il est peut-être possible que l'OPEP-11 (11 pays de l'OPEP sans l'Angola nouvellement membre de l'OPEP depuis janvier 2007) redépasse le pic de l'année 2005 à l'avenir mais rien n'est moins sûr quand on sait que l'Indonésie, la Zone Neutre, le Vénézuela sont clairement en déclin, que l'Arabie Saoudite semble aussi se trouver sur une pente de plus en plus descendante, que l'Iran lutte pour maintenir sa production, que l'avenir de l'Irak et du Nigéria sont plus qu'incertain, et que les autres semblent se trouver maintenant à 100% de leur capacité.

La courbe de production de l'OPEP-11 décline lors de plus en plus violemment depuis septembre 2005 conduite par la chute de production de l'Arabie Saoudite. Toute la question est de savoir ce qui est volontaire de ce qui ne l'est pas? De grands débats apparaissent sur oildrum pour savoir quelle est la vraie nature de cette baisse. Il semble bien que celle-ci ne soit pas volontaire. Ceci signalerait que l'OPEP a perdu toute capacité pour faire face à des ruptures de production et que la production mondiale fonctionne désormais à 100% de capacité.

Il est important de noter que le pic de l'OPEP suit de quatre mois le pic mondial non FSU. Ceci est compréhensible quand on sait que le pic non-OPEP et non FSU a eu lieu en décembre 2003  et que par conséquent le pic de l'OPEP devait être concomittant avec le pic non-FSU, ce qui s'est produit durant l'année 2005.

Cet état de fait est important pour montrer qu'il y a bien une progression des pré-pic vers "THE BIG ONE".    


Décembre 2005
En septembre 2005, Katrina a stoppé net la production pétrolière dans le Golf du Mexique. Cela a engendré une distortion de la production mondiale. Si l'on tente de voir ce qu'il se passe sans cette distortion, la production mondiale sans les USA a piqué en décembre 2005.
Or, la production des USA est maintenant complétement remise depuis le dernier trimestre 2006 des effets des ouragans. Celle-ci devrait reprendre son déclin naturel après le premier trimestre 2007. Cela va-t-il suffire à engendrer le déclin finale de la production mondiale?


Juillet 2006
Par un concours de circonstances, un grand nombre de pays ont augmenté leur production de manière significative en juillet 2006 engendrant un hausse de production de 1,4 mb/j en un mois. La production s'est remise à décliner tout de suite après. Il est à noter que la production mondiale de pétrole brut baisse tendanciellement depuis mai 2005 sauf entre septembre 2005 et décembre 2005 ( période des ouragans) et juillet 2006. En l'espace de 6 mois, entre juillet 2006 et janvier 2007, la production mondiale tout liquide a pratiquement retrouvé son niveau de juin 2006, aux alentours de 84 mb/j. Les chiffres de l'AIE signalent que la production mondiale continue à baisser en février et mars 2007 mais l'EIA s'arrête pour l'instant en janvier.
La production de pétrole tout liquide en juillet 2006 a atteint un maximum dont je pense que c'est le pic mondial de pétrole tout liquide. Ce n'est pas encore certain à 100% et il peut y avoir un retournement de situation mais je pense que la probabilité que ce soit le bon est plus grande que l'inverse.

Voici quelques raisons sur lesquelles je reviendrais dans les articles suivants :
La production des USA, troisième producteur mondial, va reprendre son déclin naturel début 2007.
La production de la Chine, cinquième producteur mondial, semble se trouver à son pic et sur le point de décliner.
La production du second producteur mondial, la Russie, quasiment à égalité avec l'Arabie saoudite maintenant, semble être arrivé à un plateau de production.
La production du Mexique, sixième producteur mondial, est toujours en train de décliner fortement et cela pourrait empirer dans les mois qui viennent.

Il n'y a actuellement plus que 8 pays sur 38 selon les chiffres de l'EIA qui sont en croissance de production et 7 sont en situation stables ou variables tandis que 24 d'entre eux se trouvent en déclin.

Aussi, les USA, la Chine et la Russie devrait prochainement entrainer la production mondiale dans un déclin devenu irrémédiable dans les mois qui viennent. Il n'y aura alors plus aucune possibilité de revenir au niveau de juillet 2006.

Il est enfin intéressant de noter que l'évolution de la progression du pic est très rapide et avance par séquence de 2 ans : 
1999 = pic Mer du Nord
2001 = pic OCDE
2003 = pic non OPEP- non FSU
2005= pic non FSU
2007= pic tout liquide??

Dans les prochains articles, je reviendrais sur chaque date pour démontrer chacune de mes affirmations. Ensuite, nous nous interésserons à la demande et aux stocks de l'OCDE.

Makhnovitch.









Publié dans Etude EIA avril 2007

Commenter cet article