La méthode des grands producteurs

Publié le par Emmanuel Broto

Voici une nouvelle analyse sur la production mondiale à partir du dernier rapport mensuel de l'USEIA dont les dernières données s'arrêtent au mois de juin. Par la suite, je publierai aussi l'analyse avec les données de l'EIA.

L'idée est ici de montrer la production de pétrole brut avec une répartition différente. avec une répartition en fonction de l'importance des producteurs. J'ai placé la barre arbitrairement à 1 mb/j. Aussi, j'appelle les grands producteurs les pays qui produisent plus de 1 mb/j et les petits producteurs ceux qui produisent moins de 1 mb/j. J'avais publié une analyse le 1er juillet 2006 selon cette répartition dans l'article suivant "le pic de mai 2005 : etudes des 19 producteurs".


Aujourd'hui, nous allons reprendre cette répartition mais 15 mois plus tard...

Par contre, on va partir des données de l'USEIA et non des données de l'AIE.

Nous allons aussi travailler exclusivement sur le pétrole brut. Nous ne prendrons pas en compte le NGL et le pétrole non-conventionnel.

La production mondiale de pétrole brut


Commençons par la courbe de production mondiale de pétrole brut.

prodmondial.gif
J'ai déjà publié cette courbe. Elle est ici à jour jusqu'en juin 2007. On peut voir les trois pics de mai 2005, décembre 2005 et juillet 2006. Le pic de mai 2005 est le plus haut de peu par rapport aux 2 autres. On peut voir que le petit pic de février 2007 se trouve déjà en dessous.
A ce jour, le pic de la production mondiale selon les données de l'USEIA se trouve donc toujours en mai 2005.

En mai 2005, la production est à 74298 mb/j (milliers de barils par jour).
En juin 2007, la production est à 72823 mb/j.

La production mondiale de pétrole brut a décliné en moyenne annuellement de 700 mb/j ou de 0,95%/an
entre mai 2005 et juin 2007.

La production de pétrole brut des grands producteurs

Maintenant, nous allons séparer la production mondiale en deux catégories : les grands producteurs qui produisent plus de 1 million de barils par jour (1Mb/j) et les petits producteurs qui produisent moins de 1Mb/j.

Il y a 19 grands producteurs.
10 d'entre eux appartiennent à l'OPEP : Arabie Saoudite, Iran, Irak, Koweit, Emirats Arabes Unis, Qatar, Lybie, Algérie, Vénézuela, Nigéria, Angola
5 d'entre eux à l'OCDE : USA, Canada, Mexique, UK, Norvège
2 d'entre eux à l'ancienne URSS : Russie et Kazakhstan
2 d'entre eux au reste du monde : Chine et Brésil

Voici la courbe des production de ces 19 producteurs.

19grandsprods.gifElle ne diffère pas beaucoup de la courbe de production mondiale. Son pic de production est en avril 2005 et la courbe descend un peu plus vite. Première remarque, l'analogie entre les deux courbes précédentes démontre que ce sont les grands producteurs qui mènent la danse et que les petits producteurs n'ont qu'un impact mineur sur l'évolution de la production mondiale. Ils ne jouent en fait qu'un rôle correctif sur le taux de déclin et ne le font varier que d'un quart de point, voir un demi point. Ceci permet de resserrer l'étude sur seulement 19 pays pour étudier la production mondiale, ce qui simplifie considérablement l'étude.

La production en avril 2005 atteint 61833 milliers de barils par jour tandis qu'elle se trouve à 60150 milliers de barils en juin 2007.
Aussi le déclin est de 1,25%/an. Il est donc légérement supérieur.
Remarquons que la production des 19 producteurs correspond à 82% de la production mondiale.

Les 19 grands producteurs,
représentant 82% de la production de
pétrole brut mondial, 
ont atteint un pic de production en avril 2005
et ont décliné au rythme de 1,25%/an jusqu'en juin 2007

Sur ces 19 pays, on est certain que 8 d'entre eux ont passé leur pic de production : USA, UK, Norvége, Mexique et Vénézuela et la Russie, la Lybie, l'Iran. Cependant, certains comme la Russie ont connu une deuxième jeunesse qui a un impact majeur dans les premières années de ce siècle.

Certains ne sont pas clairs : l'Arabie Saoudite, l'Irak, le Nigéria, le Koweit, les Emirats Arabes Unis, le Qatar, l'Algérie, la Chine

On est certain que l'Angola, le Brésil, le Kazakhstan et le Canada ne l'ont pas passé.

Il est à noter que sur les 100 pays producteurs que l'on dénombre à partir du site energy files, les 19 grands producteurs, représentant 19 % du nombre de producteurs produisent 82% de la production mondiale. On reconnait ici au passage la distribution de Pareto...

Nous allons séparer ces 19 producteurs ern quatres catégories :
-Les 9 producteurs de l'OPEP (on sort l'Angola dont le comportement diverge des autres pays de l'OPEP)
-les 5 producteurs de l'OCDE
-les trois producteurs suivants : Chine, Brésil et Angola
-les deux pays de l'ex-URSS : Russie et Kazakhstan

Regardons d'abord la production de ces quatres catégories.

La production de pétrole brut des 9 pays de l'OPEP

9prodsopep.gif
Ces 9 pays ont atteint un pic en septembre 2005 comme cela a déjà été démontré dans des articles précédents sur ce site. On peut voir que la production a décliné depuis lors.
la production était à 29695 mb/j (milliers de barils par jour) en septembre 2005. Elle est à 27716 mb/j en juin 2007. Cela correspond à un déclin de presque 2 millions de barils et donc à un déclin annuel de 6,66% (le chiffre maudit pour les numérologues! au secours!).
Evidemment, quelle est le sens de ce déclin? Beaucoup de conjectures sur internet. En tout cas cette courbe ressemble à une courbe parfaite de Hubbert...

La production des 9 pays de l'OPEP
a atteint un pic de production en septembre 2005,
a décliné de 2 millions de barils
ou au rythme de 6,66%/an jusqu'en juin 2007


Production de pétrole brut des 5 pays de l'OCDE

5prodsocde.gifCette courbe a aussi été déjà étudié dans des précédents articles. Schématiquement, la production de ces 5 pays est passée d'un plateau à 16,5 millions de barils par jour jusqu'au début de l'année 2004 à un plateau à 15 millions de barils par jour au début de l'année 2006. Le plateau à 15 millions de barils par jour s'est poursuivi jusqu'au printemps 2007. Ce plateau est dû à plusieurs facteurs :
- le rétablissement de la production du Golfe du Mexique entrainant le plateau des USA sur 2006-2007.
- le plateau du Mexique où le déclin de Cantarell semble maintenu ou contre-balancé
- la forte progression du Canada par la mise en production de gisements dans l'atlantique
ainsi que la progression des sables bitumeux.
- la mise en production d'un gisement important en Grande-Bretagne en février 2007
 
Cet ensemble de facteur est maintenant terminée et la production cumulée de ces 5 pays va reprendre son déclin qui pourrait atteindre annuellement entre 500 000 b/j et  800 000 b/j.

La production de pétrole brut des 5 pays de l'OCDE devrait reprendre un déclin entre 3 et 5%/an après un plateau depuis un an.

Après les décroissants,  passons aux croissants et commençons par les trois pays, Chine, Brésil et Angola dont la caractéristique est que la croissance est soutenue par la production en eaux profondes (plus de 500 mètres).

La production de pétrole brut de la Chine, du Brésil et de l'Angola

3autresgrandsprods.gifCes trois pays ont bondi de plus de 2 millions de barils par jour depuis 2001 et leur croissance s'accélére. Cependant, la Chine devrait atteindre son pic dans les trois années qui viennent. les deux autres devraient atteindre leur pic dans la prochaine décennie. Ils jouent et joueront un rôle important d'amortissement du déclin général.
Entre janvier 2001 et juin 2007, la croissance annuelle est de 6%/an, c'est à dire 300 000 b/j chaque année.

La production de pétrole brut de la Chine, du Brésil et de l'Angola
a augmenté en moyenne annuellement au rythme de 300 000 b/j,
ou 3%/an, entre janvier 2001  et juin 2007.

Production de pétrole brut de la Russie et du Kazakhstan

russie-kazakhstan.gif
On peut voir sur ce graphique que la croissance de leur production n'a cessé de ralentir depuis 2004 pour se stabiliser depuis début 2007. Il est trop tôt pour dire que la Russie a atteint son plateau. En tout cas, le rôle majeur de la Russie entre 2001 et 2004 dans la croissance de la production mondiale est maintenant terminée.

Nous allons maintenant voir la production cumulée des grands producteurs sans les deux pays de l'ex-URSS.

Production de pétrole brut des grands producteurs sans la Russie et le Kazakhstan


17prod.gif
Ces 17 producteurs atteignent aussi leur pic en avril 2005 mais déclinent plus vite. On voit le rôle d'amortisseur de la Russie et du Kazakhstan qui est en train de disparaitre.
Ainsi, la production est à 51585 mb/j en avril 2005 et se trouve à 49338 mb/j en juin 2007.
Elle a décliné de 2247 mb/j en deux ans.
Cela correspond à un déclin annuel de 1037 mb/j ou 2%/an.

La production de pétrole brut des grands producteurs
en dehors des deux pays de l'ex-URSS
a atteint un pic en avril 2005
puis a décliné de 2,2 millions de barils
par jour,
au rythme de 2%/an, jusqu'en juin 2007

Aussi, depuis avril 2005, les deux pays de l'ex-URSS ont permis de limiter le déclin des 17 autres pays à 2%/an et de le faire passer à 1,25%.

Si le plateau de la Russie se poursuit, (le Kazakhstan n'apporte qu'une production supplémentaire négligeable) on peut donc s'attendre si les tendances continuent à ce que le déclin des grands producteurs passent de 1,25% à 2%/an.

Si le plateau de production de la Russie se poursuit,
on peut s'attendre à ce que le déclin des 19 producteurs
passent de 1,25%/an à 2%/an.

Maintenant, on va regarder le rôle d'amortissement de la Chine, du Brésil et de l'Angola.

Production cumulée de pétrole brut des 9 pays de l'OPEP et des 5 pays de l'ODCE


14prod.gif

Ces 14 pays atteignent toujours le pic en avril 2005. Il faut noter qu'ils représentent environ 58% de la production mondiale de pétrole brut.

En avril 2005, ils produisaient 45175 mb/j (milliers de barils par jour).
En juin 2007, ils produisent 42048 mb/j.
Aussi, en 26 mois, le déclin est de 3127 mb/j, c'est à dire 1443 mb/j annuellement, ou 3,19%/an

Conclusion :
les 14 grands producteurs de l'OPEP et de l'OCDE,
représentant 58% de la production mondiale de pétrole brut,
on perdu 3,12 millions de barils par jourdepuis leur pic en avril 2005,
ce qui représente un déclin moyen annuel de 3,19%.

Cet état de fait est plutôt inquiétant...

Ainsi récapitulons, les 14 grands producteurs de l'OPEP et de l'OCDE déclinent à 3,19%/an depuis avril 2005. Leur déclin est limitée à 2% quand on ajoute les trois autres pays (Chine, Brésil et Angola) puis encore une fois limitée à 1,25% quand on rajoute les deux autres pays de l'ex-URSS (Russie et Kazakhstan).

Il est à noter que les 5 pays de l'OCDE ont décliné d'environ 5%/an en 2004 et 2005 et que les 9 pays de l'OPEP ont décliné de 6,66%/an depuis septembre  2005. Ces deux entité n'ont pas décliné en même temps. Quand l'une a décliné, l'autre était en croissance ou sur un plateau, ce qui explique que le déclin moyen des deux entités depuis avril 2005 soit de la moitié, 3,19%/an.

Il semble que les rôles vont encore s'inverser depuis ce printemps. Les pays de l'OPEP vont surement s'engager sur un plateau légérement montant tandis que les pays de l'OCDE vont reprendre un déclin aux alentours de 5%/an.

La production de pétrole brut des petits producteurs

Les petits producteurs regroupent tout les autres producteurs de la planète. L'USEIA donne les chiffres de production de 18 petits producteurs. Les autres sont regroupés sous une catégorie générique "Others" qui correspond en gros à la production de la Norvège et qui regroupe 63 pays qui ont produit, produisent et vont produire du pétrole.
Aussi, le nombre total de pays producteurs arrivent à 100 pays. 19 grands producteurs (82% de la production mondiale), 18 petits producteurs répertoriés par l'EIA et 63 autres non répertoriés.

Vous pouvez visualisez les courbes de certains de ces pays dans les courbes du reste du monde.

Voici la liste des pays dont l'AIE donne les chiffres de production. Je donne les dates du pic de production passé ou supposé à l'avenir donné par "energyfiles"(EF), par Colin Campbell(CC) et par BP, en précisant bien que Colin Campbell ne comptabilise le pétrole en eaux profondes dans son "regular Oil", ni le pétrole trop lourd alors que ceux ci sont comptabilisés dans le pétrole brut de l'AIE et de Energy files. Ceci permet de se faire une idée de la situation.
A noter que les données de BP sont tirées de leur Statistical Energy Files. Ils ne font pas de prévisions sur ces données. Aussi, on ne peut que regarder le passé avec BP.

Reprenons les 18 petits producteurs listés par l'USEIA :
10 ont passé leur pic de manière certaine
3 l'ont peut-être passé
5 ne l'ont pas encore passé, c'est à dire le tiers des petits producteurs répertoriés.

Ceux qui ont passé leur pic de production pour les trois analystes:


Argentine : Energyfiles (EF) : 1998 ; Colin Campbell (CC) : 1998 ; BP : 1998 ;
Australie : EF : 2000 ; CC : 2000 ; BP : 2000 ( pic à 809 000 b/j)
Colombie : EF : 1999 ; CC : 1999 ; BP : 1999 (pic à 838 000 b/j)
Danemark : EF : 2004 ; CC : 2004 ; BP : 2004 ( pic à 390 000 b/j)
Egypte : EF : 1987 ; CC : 1995 ; BP : 1993 (pic à 941 000 b/j)
Gabon : EF : 1996 ; CC : 1996 ; BP : 1996 ( pic à 365 000 b/j)
Indonésie : EF : 1997 ; CC : 1977 ; BP : 1977 ( pic à 1 685 000 b/j)
Oman : EF : 2001 ; CC : 2001 ; BP : 2001 ( pic à 961 000 b/j)
Syrie : EF : 1995 ; CC : 1995 ; BP : 1995 ( pic à 596 000 b/j)
Yemen : EF : 2002 ; CC : 2006 ; BP : 2002 ( pic à 457 000 b/j)

Ceux pour lesquelles ils ne sont pas d'accord :
Malaysie: EF : 2018 (pic à 1 000 000 b/j); CC : 2004 ; BP : 2004 ( pic à 793 000 b/j)
Inde : EF : 2007 (pic à 850 000 b/j) ; CC : 2004 ; BP : 2004 ( pic à 816 000 b/j)
Qatar : EF: 2014 (pic à 2 000 000 b/j avec NGL) ; CC: 2006 (sans NGL) ;
BP: 1 133 000 b/j en 2006


Ceux dont le pic est prévue dans le futur :


Vietnam: EF: 2011 (pic à 500 000 b/j); CC: 2010 ; BP: 2004 (367 000 b/j en 2006) Azerbaijan : EF : 2009 ( pic à 1 400 000 b/j) ; CC : 2020 ; BP : 654 000 b/j en 2006
Equateur : EF : 2019 ( pic à 600 000 b/j) ; CC : 2011 ; BP : 545 000 b/j en 2006
Guinée Equatorial : EF : 2015 ( pic à 600 000 b/j) ; BP : 358 000 b/j en 2006
Soudan : EF : 2012 (pic à 650 000 b/j) ; CC : 2011 ; BP : 397 000 b/j en 2006

Parmi les producteurs comptabilisés par l'EIA dans la catégorie "others" :
On ne compte pas moins de 63 pays regroupés dans cette catégorie!
20 d'entre eux n'ont pas encore passé leur pic de production selon le site Energy files, c'est à dire le tiers. Trois régions concentrent encore des possibilités de croissance : l'Afrique, l'Asie et le Pacifique. Le pays qui a son pic le plus lointain est l'Ouganda en 2025.
Par contre, l'Europe, les pays de l'ex-URSS et l'Amérique du Sud sont désormais presque totalement mature.

Cette liste de pays montre que la surface de la planète a été exploré abondamment. On peut d'ailleurs noter la correpondance des pics par région. Ainsi, la période des pics en Europe en dehors de la Mer du Nord se trouve être les années 80. Pour l'ex-URSS, c'est plutôt les années 70.

Amérique du Sud : 8 pays dont trois avec un pic maintenant et futur

Trinidad et Tobago : EF : 1978 (pic à 200 000 b/j) ; BP : 1978
Pérou : EF : 1980 ( pic à 200 000 b/j) ; CC : 1983 ; BP : 1980 et 1982
Chili : EF : 1982 ( pic à 50 000 b/j) ; CC : 1982 ;
Barbabos : EF : 1999 ( pic à 2 000 b/j)
Cuba : EF : 2002 (pic à 70 000 b/j)
Surinam : EF : 2007 (pic à 14 000 b/j)
Guatemala : EF : 2007 (pic à 28 000 b/j)

Bélize: EF : 2010 (pic à 5 000 b/j)

Europe : 17 pays dont un seul avec un pic futur

Pologne : EF : 1909 (pic à 41 000 b/j) (le pic le plus ancien)
Tchèquie : EF : 1953 (pic autour de 2000 b/j) ;
Autriche : EF : 1955 (pic autour de 50 000 b/j) ; CC : 1955 ;
Bulgarie : EF : 1967 (pic à 9000 b/j)
Allemagne : EF :1968 (pic à 160 000 b/j) ; CC : 1967 ;
Roumanie : EF : 1976 (pic à 300 000 b/j) ; CC : 1976 ; BP : 1976 (pic à 313 000 b/j)
Croatie : EF : 1981 (pic à 75 000 b/j) ; CC : 1988 ;
Albanie : EF : 1982 (pic à 80 000 b/j) ; CC : 1983 ;
Hongrie : EF : 1982 (pic à 70 000 b/j) ; CC : 1987 ;
Espagne : EF : 1983 (pic à 60 000 b/j) ;
Grèce : EF : 1984 (pic à 25 000 b/j) ;
Hollande : EF :1986 (pic autour de 50 000 b/j) ; CC : 1989
France : EF : 1988 (pic à 70 000 b/j) ; CC : 1988 ;
Serbie : EF : 1994 (pic à 25 000 b/j) ;
Slovaquie : EF : 1996 (pic à 1 500 b/j) ;

Italie : EF : 2005 (pic à 110 000 b/j) ; CC : 2005; BP : 2005 (pic à 117 000 b/j)

Iles Feroe EF : 2017 (pic à 80 000 b/j)

Ex-URSS : 8 pays dont un seul avec un pic futur

Kyrgyzstan : EF : 1961 (pic à 12 000 b/j)
Ukraine : EF : 1970 (pic à 400 000 b/j) ; CC :1970 ;
Turkménistan : EF : 1973 (pic à 250 000 b/j) ; CC : 1974 ;
Biélorussie : EF : 1974 (pic à 160 000 b/j)
Tadjikistan : EF : 1978 (pic à 8 000 b/j)
Géorgie : EF : 1982 (pic à 60 000 b/j)
Ouzbekistan : EF: 1998 (pic à 170 000 b/j) ; CC : 1998 ; BP:1998-1999 (pic à 191 000 b/j)
Lituanie : EF : 2010 (pic à 8 000 b/j)

Afrique : 14 pays dont 7 pays avec des pics futurs

Maroc : EF : 1963 (pic à 3 000 b/j)
Tunisie : EF : 1983 (pic à 120 000 b/j) ; CC : 1971 ; BP : 1983 (pic à 117 000 b/j)
Bénin : EF : 1985 (pic à 8 500 b/j) ;
Cameroun : EF : 1985 (pic à 175 000 b/j) ; CC : 1977 ; BP : 1985 (pic à 181 000 b/j)
Congo Kinshasa : EF : 1985 ( pic à 33 000 b/j) ; CC : 1984
Sénégal : EF : 1988 (pic à 50 b/j)
Afrique du Sud: EF : 2004 (pic à 40 000 b/j)
Côte d'Ivoire : EF : 2007 (pic à 90 000 b/j)
Tchad : EF : 2013 (pic à 180 000 b/j) ; CC : 1977 ; BP : 2005 ( à 173 000 b/j)
Congo Brazzaville : EF : 2013 ( pic à 400 000 b/j) ; BP : 262 000 b/j en 2006
Ghana : EF : 2018 (pic à 110 000 b/j)
Mauritanie : EF : 2023 (pic à 125 000 b/j)
Sao tome et Principe : EF : 2025 (pic à 200 000 b/j)

Ouganda : EF : 2025 (pic à 70 000 b/j)

Moyen-Orient : 3 pays qui ont tous passé leur pic

Israel/Palestine : EF : 1971 (pic à 130 000 b/j)
Turquie : EF : 1991 (90 000 b/j) ; CC : 1991
Barhain : EF : 2001 (pic à 170 000 b/j) ; CC : 1970


Asie : 10 pays dont 6 qui ont un pic futur

Myanmar : EF : 1979( pic à 40 000 b/j)
Taiwan : EF : 1987 ( pic à 6 000 b/j)
Pakistan : EF : 1991 (pic à 20 000 b/j) ; CC :1992
Japon : EF : 1992 (pic à 15 000 b/j)
Bangladesh : EF : 2009 (pic autour de 10 000 b/j)
Philippines : EF : 2009 (pic à 40 000 b/j)
Thailande : EF : 2011 (pic à 350 000 b/j) ; CC : 2010 ; BP : 286 000 b/j en 2006
Brunei : EF : 2012 (pic à 300 000 b/j) ; CC : 1978 ; BP : 1979 ( pic à 261 000 b/j)
Cambodge : EF : 2015 (pic à 60 000 b/j)
Mongolie : EF : 2017 (pic à 18 000 b/j)

Pacifique : 3 pays dont 2 qui ont un pic futur

Papouasie Nouvelle-Guinée : EF : 1993 (pic à 125 000 b/j)
Nouvelle-Zélande : EF : 2008 (pic à 70 000 b/j)
Timor : EF : 2017 (pic à 170 000 b/j)


Après cette liste laborieuse de 64 pays, nous allons passer à la courbe des petits producteurs. Cette courbe regroupe la production de 81 pays! Aussi, il y donc une grande partie de la population mondiale derrière cette courbe. En juin 2007, la production est égale à 12673 milliers de barils par jour, ce qui correspond à 17,4% de la production mondiale de pétrole brut.

petitsprod.gif
On peut voir que la courbe se trouve sur un plateau montant depuis 2004.

Dans ce groupe de pays, l'Azerbaijan joue un rôle majeur surtout depuis 2005 car sa croissance est considérable. D'ailleurs ce pays va prochainement passer dans le groupe des grands producteurs car sa production va atteindre 1 mb/j.

Aussi, regardons la production des petits producteurs sans l'Azerbaijan.

petitsprod-azerbaijan.gif

Ce graphique montre l'importance de l'Azerbaijan chez les petits producteurs. Sans l'Azerbaijan, la production cumulée des 80 autres pays a atteint un pic qui n'est apparemment pas le pic absolu puisque la production en janvier 2001 est supérieur au pic de  juillet 2004. Il est interessant que la production cumulée des 80 petits producteurs décline de juillet 2004 assez doucement d'ailleurs.

En juillet 2004, la production est de 12231 milliers de barils par jour.
En juin 2007, elle est de 11789 milliers de barils par jour. Aussi, le déclin est seulement de 442 milliers de barils par jour en trois ans.
Ceci correspond à un déclin annuel de 1,24%/an.
Il est assez curieux de noter que c'est le même déclin que les grands producteurs sauf qu'il a commencé un an avant.

La production de pétrole brut des petits producteurs,
représentant 80 pays,
à l'exception de l'Azerbaijan
a décliné au rythme annuel de 1,25% depuis juillet 2004

Regardons la production de l'Azerbaijan :

azerbaijan.gif
La courbe de production de l'Azerbaijan montre que la mise en production des projets ACG a commencé en mai 2005 et est monté régulièrement depuis lors. Aussi, la production a été multiplié par trois en deux ans passant de 300 000 b/j à 900 000 b/j.

Aussi, ce pays a lui seul a contre-balancé le déclin des 81 autres producteurs depuis juillet 2004!

Maintenant, parmi les 80 autres producteurs, nous allons séparer les 17 producteurs référencés par l'AIE et les 63 autres.

Regardons la production cumulée des 63 producteurs non référencés sur le graphique suivant. La production est de 2696 milliers de barils par jour en juin 2007, c'est à dire 3,7% de la production mondiale de pétrole brut.

autrepetitprod.gif
Dans ce graphique, on voit que la production a commencé à monter début 2003 alors qu'elle stagné autour de 2,2 millions de barils par jour. Je pense que c'est le Tchad, la Côte d'Ivoire et la Thailande qui ont joué un rôle majeur dans la progression de la production depuis 2003. On peut remarquer un pic en mai 2006 au dessus de 2700 milliers de barils par jour. Je ne sais comment va évoluer cette courbe. Ce qu'on sait, c'est qu'il y a 20 pays qui n'ont pas passé leur pic de production sur 63. A priori, le Tchad se trouve maintenant à pleine capacité et il ne va pas y avoir de forte progression d'ici 2010. Donc on peut s'attendre à ce que cette courbe stagne ou décline légérement jusqu'en 2010. Après, certains pays comme le Ghana, le Congo Brazzaville peuvent apporter des quantités supplémentaires significatives de pétrole.

Mais regardons la courbe des 17 petits producteurs répertoriés par l'USEIA. Ils correspondent donc à l'ensemble des petits producteurs sans l'Azerbaijan et sans les petits producteurs non répertoriés.

petitprod-azerb-other.gif
Cette courbe est très intéressante. On peut voir qu'elle décline depuis le début de la période considéré en janvier 2001. Aussi, ces 17 pays qui produisent 9093 milliers de barils par jour en juin 2007, c'est à dire 71,75% de la production totale des 81 petits producteurs, ont vu leur production décliner depuis 2001.

En janvier 2001, ces 17 pays produisaient 10080 milliers de barils par jour tandis les 81 petits producteurs produisaient 12557 milliers de barils par jour. Aussi, ils représentaient à ce moment là une proportion de 80,2%. 

Ainsi, leur proportion est passée de 80% à 71,75% entre janvier 2001 et juin 2007.

Ces 17 pays représentent donc le coeur des petits producteurs puisque cela correspond aux trois-quart de leur production. Rappelons que 10 d'entre eux sont en déclin et que 5 sont en croissance dont le Soudan.

Cette courbe donne envie de savoir ce qu'il s'est passée avant 2001. Aussi, nous allons remonter jusqu'en 1997 mais en se basant sur des périodes annuelles et non mensuelles comme précédemment.

Voici la courbe des ces 17 pays depuis 1997 :

petitprod-azerb-other.an.gif
En remontant jusqu'en 1997, on y voit plus clair. La production cumulée de ces 17 pays a atteint un pic en 2000. Est-ce que ce pic est le plus haut? Je ne peux y répondre pour le moment car je ne connais la courbe antérieur à 1997. Toujours est-il que la production décline depuis lors.

A quelle vitesse? La production en 2000 est de 10116 mb/j (milliers de barils par jour) et se trouve à 9056 mb/j sur la moyenne des 6 premiers mois en 2007. Cela correspond à un déclin annuel moyen de 1,5%/an, c'est à dire 150 mb/j par an.

La production des 17 petits producteurs répertoriés par l'USEIA,
à l'exception de l'Azerbaijan,
représentant 71% de la production totale
des petits producteurs en juin 2007,
a atteint un pic de production en 2000
et a décliné en moyenne de 150 000 b/j par an ou 1,25%.

Maintenant, on va voir la courbe annuelle des 17 producteurs avec les 63 producteurs non répertoriés :

petitprod-azerb.an.gif


Cette courbe permet d'avoir une vision plus large sur le graphique mensuel des petits producteurs sans l'Azerbaijan qui s'arrête en 2001. Le pic de 2004 est donc bien précédé par un pic plus haut en 2000.

En 2007,
la production de 80 petits producteurs est au même niveau qu'en 1997!

Maintenant, revenons sur la courbe annuelle de l'ensemble de petits producteurs en rajoutant l'Azerbaijan :

petitprod.an.gif
Il y a une erreur sur le titre du graphique puisque cette courbe est celle de 81 producteurs et non 82.
On peut donc mesurer l'importance de l'Azerbaijan depuis 2005 puiusque ce seul pays a permis de faire la courbe et d'atteindre presque le niveau de 2000.

Conclusion :

1- La production cumulée des 17 petits producteurs répertoriés à l'exception de l'Azerbaijan, correspondant aus trois-quart de la production totale des petits producteurs, ont atteint un pic en 2000 et ont décliné en moyenne de 1,5%/an depuis lors. 10 d'entre eux pays ont passé leur pic de production.

2- Les 63 pays non répertoriés produisent seulement 3,7% de la production mondiale, ont décliné depuis mai 2006 après avoir cru en 2003-2004. Je suis dans l'impossibilité de prévoir l'évolution futur de la courbe. les deux-tiers des pays ont passé leur pic de production.

3- La production des 80 producteurs, c'est à dire les petits producteurs sans l'Azerbaijan, a atteint un premier pic en 2000 puis un second plus petit en 2004. leur production cumulée décline depuis lors.

4-C'est donc l'Azerbaijan qui a triplé sa production ces deux dernières années qui a permis de maintenir sur un plateau montant l'ensemble de la production des 81 petits producteurs.

Conclusion de l'article

La production des grands producteurs déclinent actuellement de 1,25%/an.

la production des petits producteurs a permis de limiter le déclin de la production mondiale à 1%/an grâce à l'Azerbaijan.

l'Azerbaijan va atteindre un plateau sûrement vers 2009 et ne compensera plus le déclin de 1,25%/an des autres petits producteurs. On peut donc s'attendre à ce que le déclin des petits producteurs atteignent 1,25%/an à partir de 2009.

La Russie se trouve ou va se trouver prochainement sur un plateau de production. cela va avoir pour conséquence d'accélérer le déclin des grands producteurs de 1,25% à 2%/an.

Le déclin des 5 pays de l'OCDE a été de 5%/an en 2004 et 2005. En 2006, la production de ces 5 pays s'est stabilisé. Par contre, la production de l'OPEP à décliné au rythme de 6,6% en 2006. On observe un nouveau retournement de situation depuis le printemps 2007. Je pense que l'OCDE va reprendre un déclin d'environ 5%/an et que l'OPEP va stabiliser sa production. Aussi, le déclin de ces 14 pays va surement continuer au rythme de 3%/an en 2008.

Mais les trois pays, Chine, Brésil et Angola, vont limiter le déclin des 17 pays à environ 2%/an. Cependant, la Chine devrait atteindre son pic prochainement entre 2008 et 2012 et les deux autres pays vont ralentir leur croissance en 2009-2010.

On peut donc en conclusion s'attendre à un accélération progressive du taux de déclin, de la production mondiale, actuellement à 1%/an, dans un premier temps vers 2% puis dans un deuxième temps vers 3% vers 2010. Si il se trouvait que la production russe déclinait puls tot que prévu, le déclin dépasserait alors rapidement 3%/an.


Emmanuel Broto.




Commenter cet article

Imago 03/10/2007 14:52

Toutes mes félicitations pour ce post de qualité !Les taux de déplétion me laissent songeur.Vous avez sûrement connaissance du Export Land Model proné par westexas sur OilDrum, je me demandais donc quelle était la part des exportations, globalement ou pour les groupes que vous avez énumérés.Pensez-vous qu'on puisse trouver les chiffres d'exportation et de consommation pour tous ces groupes ?Si vous ou quelqu'un d'autre parvient à rajouter des courbes d'exportation sur ces graphiques, cela risque de faire son petit effet...

makhnovitch 04/10/2007 19:47

Le model ELM est en effet très efficace et Rembrandt dans sa lettre mensuel donne une bonne vision de la situation des exportations qui semblent bien avoir atteint leur pic et descendent de plus en plus rapidement. Je suis moi même pour l'instant dans l'impossibilité de produire des graphiques sur les exportations. Mais je vais exposer dans les temps qui viennent la situation des exportations avec les très bonnes analyses qui sont produites par ailleurs.

fossiliste 02/10/2007 19:58

- et pour l'instant , difficile d'avoir le moindre dialogue avec la populace moyenne française 1  qui veut CONSOMMER à tout prix , de la " croissance"  2 a élu au 2ème tour électoral 2 CORNUCOPIENS MAJEURS , répresentants de partis fossiles 3  veut a tout  prix foutre son c...à 2 000 ou 3000 km pendant son " droit aux vacances polluantes "  , en """ low cost "" (& high cost social & environnemental ) 4   ne veut rien comprendre , rien entendre  5   même si bien sur , en face de vous , se présentera AUTREMENT DANS LE DISCOURS OFFICIEL  6   pour l' envoronnement en face , de vous 7  pour son 4 X     le bordel en thailande l 'été quand on le voit pas   etc....8  et puis le déni MAJEUR  9  j 'essayais d'en parler cet été à un collègue  10    réponse     "  et qu 'est ce qui va succéder ?  mais ceci dans l AFFIRMATIVE   cad  = il va y avoir aut' chose      NO PROBLEMTOUT EST PARFAIT TOUT EST PREVU   !!Dans le comportement  , j'onserve pour ma part une AGGRAVATION DE COMPORTEMENT  ex - Ségo R....    déjà 3 fois son c....... de " grande écologiste "   au soleil lointain depuis   MAI     tunisie  DJERBA    CORSE    SENEGAL !!!!   cette personne nous jurait à la télé   " avoir compris """   je ne parle même de l 'autre MALTE YACHT WOLFEBORO 

Poleta33 02/10/2007 17:37

toujours tres interessant a lire !... felicitations !PS : on ne dit pas "au jour d'aujourd'hui" mais "au jour d'aujourd'hui de ce jour" ;O)

Emmanuel Broto 02/10/2007 18:02

Merci pour la faute. Je l'ai corrigé. Je pêche par mon manque de soin sur les corrections orthographiques, de tournure de phrases et de grammaire.